Économie/Commerce

r_2100x1400_radio_praha.png

La République tchèque ne souscrit pas à l'idée selon laquelle l'élargissement de l'Union européenne devrait être assorti d'un moratoire de sept ans sur la libre circulation de la main d'oeuvre au sein de l'espace européen. La main d'oeuvre des nouveaux membres s'entend... C'est ce que le ministre tchèque des A.E., Jan Kavan, a réitéré cette semaine en Grèce, en ajoutant que l'expérience a montré, jusqu'à présent, qu'aucun risque de flux important de main d'oeuvre n'est à craindre du côté de la Tchéquie. Sur cette question épineuse, nous avons choisi de vous donner l'avis d'une experte européenne, Montserrat Riba i Cunill, Directrice des Affaires européennes à la Direction générale des relations extérieures de la Catalogne.

Auteur: Omar Mounir
lancer la lecture