Enfant terrible des arts plastiques tchèques

r_2100x1400_radio_praha.png

La cérémonie de remise du Prix Jindrich Chalupecky, qu'on attribue aux jeunes artistes ayant marqué par leur talent les arts plastiques tchèques, a tourné au scandale. Acteurs principaux de cette affaire - David Cerny, lauréat du prix de cette année, Milan Knizak, directeur de la Galerie nationale et Vaclav Havel, Président de la République et fondateur du prix Jindrich Chalupecky. David Cerny a fait parler de lui pour la première fois après avoir peint en rose, juste après la chute du communisme en Tchécoslovaquie, le char soviétique à Prague-Smichov. Le char hissé sur un socle en pierre devait rappeler la victoire des Soviétiques sur les Allemands en 1945. Depuis ce temps-là, David Cerny a récidivé plusieurs fois en s'attaquant à plusieurs tabous. Il a créé par exemple une version renversée de la statue de saint Venceslas dominant la place Venceslas à Prague, il a couvert la tour de Prague-Zizkov, la plus haute construction de la capitale, par des statues de bébés gigantesques, etc. Il a réussi à changer en une sorte de happening aussi la remise du prix Jindrich Chalupecky. Comme il n'était pas arrivé à se mettre d'accord avec le directeur de la Galerie nationale, Milan Knizak, sur l'installation de ses oeuvres au musée des arts modernes, il a décidé de ne pas participer à la cérémonie et de rester dans la rue. C'est donc dans la rue que le Président Vaclav Havel lui a remis le prix en déclarant: "C'est un artiste non-conformiste que j'aime bien." Le directeur Milan Knizak et une centaine d'invités attendaient à l'intérieur du musée en vain.