Festival de Karlovy Vary, derniers préparatifs

r_2100x1400_radio_praha.png

L’ouverture de la 43e édition du festival de cinéma de Karlovy Vary approche à grands pas. Déjà, les grands noms du cinéma qui y feront leur apparition sont connus. Robert de Niro, notamment, est l’une des personnalités les plus attendues... mais aussi l’acteur britannique Christopher Lee. Côté francophone, deux films seront en compétition, un film franco-belge, ‘Les tremblements lointains’, et un film français, ‘La vérité ou presque’, dont nous parle la directrice artistique du festival, Eva Zaoralová.

Eva Zaoralová et Jiří Bartoška, photo: CTK
Cette année, nous fêtons les 40 ans du Printemps de Prague et de l’année 1968. De quelle manière cela va-t-il se refléter sur le festival de Karlovy Vary ?

« Cela va se refléter dans le fait que nous allons remettre un Globe de cristal spécial à trois metteurs en scène, deux Slovaques et un Tchèque. Comme ils étaient tous très connus pendant la nouvelle vague du cinéma tchécoslovaque, on les prend comme représentants d’une seule culture tchécoslovaque. Les Slovaques sont Juraj Jakubisko et Dušan Hanák, le Tchèque Ivan Passer, qui sera également le président du jury. »

'Bathory'
Juraj Jakubisko dont le dernier film, ‘Bathory’, la « comtesse sanglante », sera présenté à Karlovy Vary...

« Oui, il va être présenté en première mondiale, et le plupart des acteurs américains du film vient à Karlovy Vary, donc cela va être un véritable événement ! Tandis que pour Dušan Hanák, nous présentons un de ses anciens films, ‘Les rêves roses’, et nous présentons les films d’Ivan Passer, ‘Eclairage intime’ et ‘Un fade après-midi’. »

Dans la section ‘Les yeux ouverts’, il y a certains films que vous avez rapportés de Cannes, quels sont-ils ?

'Valse avec Bachir'
« Il y a plusieurs films de Cannes, il y a presque tous les films qui ont été primés, mais malheureusement il n’y a pas la Palme d’or, le film de Laurent Cantet. Le producteur ne voulait pas que le film circule déjà parce qu’il doit commencer sa carrière en France à l’automne. Pour les autres films de Cannes, nous avons les deux films italiens qui ont eu un prix, le film turc qui a aussi été primé. Nous avons un film israélien, un documentaire réalisé sous forme d’une animation, dont le réalisateur, Ari Folman, est membre de notre jury. Le film s’appelle ‘Valse avec Bachir’. C’est un film très intéressant, et même s’il n’a pas remporté de prix à Cannes, il sera beaucoup vu et commenté à Karlovy Vary. »

Et quels films français ou francophones seront présentés ?

« Il y a des films français, mais pas les films qui ont été présentés en compétition à Cannes : le film de Philippe Garrel n’a pas eu beaucoup de succès et j’ai eu l’impression que cette absence de succès allait se répéter. Il y avait aussi un film d’Arnaud Despleschin mais c’était très difficile de l’obtenir. Mais nous avons un très beau film en compétition qui s’appelle ‘La vérité ou presque’ de Sam Karmann qui joue aussi dans le film. Il y a le rôle formidable joué par André Dussolier. Et il y a Karin Viard qui est magnifique dans son rôle. C’est une comédie amère sur les rapports entre les personnes. Elle joue une femme qui a du mal à se trouver elle-même, ce qui arrive très souvent... »