Fin de mission pour les soldats tchèques au Kosovo

Un soldat tchèque à la base de Sajkovac, photo: CTK

Les soldats tchèques quittent le Kosovo. C’est ce mardi que s’est officiellement terminée leur mission sur la base militaire tchèque de Sajkovac. Un retrait qui, concrètement, va toutefois encore prendre quatre mois.

La base de Sajkovac, photo: CTK
Cela faisait douze ans que l’armée tchèque était implantée au Kosovo, dans le cadre de la KFOR. Plus de 8 000 militaires, membres de 23 unités, ont participé à cette mission dans cette ancienne province serbe, qui a entre temps déclaré son indépendance. Quel a été le travail accompli sur place par la mission militaire tchèque ? Pour Jiří Šedivý, ancien chef d’Etat-major, également ancien commandant du contingent tchèque en Bosnie dans le cadre de l’IFOR, le bilan est positif :

« Je pense que les soldats tchèques ont permis de créer de bonne conditions pour que la situation s’apaise, afin que les problèmes puissent être réglés, sinon de manière démocratique, en tout cas humaine. L’armée tchèque laisse derrière elle un bon bilan : elle a protégé les minorités en danger, comme par exemple la minorité serbe au nord du pays. »

Vlastimil Picek (à droite), photo: CTK
Les soldats tchèques ont fini par être intégrés aux forces internationales de l’OTAN en 2004. Outre leur présence physique sur la base militaire, la République tchèque a participé à toutes les missions internationales dans les Balkans. Vlastimil Picek, l’actuel chef d’Etat-major des armées tchèques,

« Je pense qu’on a bien travaillé ici. Après tout, la République tchèque est vraiment proche culturellement des Balkans. »

Pour le ministre de la Défense Alexandr Vondra, le départ du Kosovo sonne ainsi la fin de la présence tchèque dans une région désormais stabilisée. Pour lui, la suite des événements au Kosovo est dorénavant dans les mains des politiques ainsi que de celle de forces de police internationales et d’organes juridiques, qui peu à peu remplacent la KFOR sur place.

Jiří Šedivý
Pour Jiří Šedivý, l’expérience des soldats tchèques dans les Balkans leur a permis d’aborder leur mission actuelle en Afghanistan d’une autre façon :

« Evidemment le milieu est totalement différent, mais un des aspects importants, c’est que dans les cadre des missions de l’IFOR et les suivantes, nous avons pu accumuler les expériences. Celles-ci nous ont servis plus tard dans nos activités en Afghanistan. Nos soldats y sont arrivés bien préparés. Je pense que ce qui se fait là-bas est positif. Et puis nos premières missions, notamment en Bosnie-Herzégovine ont été fondamentales pour notre entrée dans l’Alliance atlantique. »

Un soldat tchèque à la base de Sajkovac, photo: CTK
Une équipe de 99 hommes est arrivée à la mi-juin sur la base de Sajkovac. Ce sont eux qui seront chargés de vider les lieux et de rapatrier le matériel en République tchèque. Date butoir prévue : fin octobre 2011.