Foot : fin de carrière pour le géant Koller, meilleur buteur de l’équipe nationale tchèque

Jan Koller, photo: CTK

A 38 ans, l’attaquant tchèque Jan Koller a décidé de raccrocher les crampons, après une série de blessures. Il a marqué l’histoire du football dans son pays, pas seulement à cause de son gabarit hors-normes.

Jan Koller, photo: CTK
202 centimètres : la taille de Jan Koller passerait inaperçue sur les parquets de basket-ball, mais sur les terrains de foot, le géant tchèque au crâne rasé était facilement repérable.

Surnommé « Dino », en raison de ses mensurations rappelant à ses coéquipiers un animal plutôt préhistorique, Jan Koller a réussi à affoler les défenses de plusieurs championnats européens. Il en a remporté trois différents : le tchèque avec le Sparta, le belge avec Anderlecht et l’allemand avec Dortmund. Deux années peu fructueuses à Monaco ne lui ont pas permis de remporter le championnat de France.

Mais c’est peut-être grâce à l’équipe nationale que Jan Koller a le plus brillé et s’est fait le plus connaître. Il a 26 ans lors de sa première sélection en 1999 pour un match contre la Belgique. 90 sélections et dix ans plus tard, il est le meilleur buteur de l’histoire de l’équipe nationale tchèque, et le reste encore aujourd’hui, avec 55 réalisations.

L’un de ses meilleurs souvenirs restera sûrement l’Euro 2004 : malgré une cruelle défaite contre la Grèce, les Tchèques terminent troisième après un parcours impressionnant et un match historique contre les Pays-Bas. Une victoire remportée 3-2, grâce notamment à un but et une passe décisive de Jan Koller.

« On a tout simplement joué un football fantastique, et contre les Hollandais je réussis toujours à marquer », commentait à l’époque le géant, qui a su très bien jouer son rôle d’attaquant pivot, en pointe avec Milan Baroš, dans une équipe tchèque que font tourner les Nedvěd, Poborský, Jankulovsky et autre Rosický.

La suite sera plus difficile, avec les déceptions de la coupe du monde 2006 et de l’Euro 2008. Après un passage dans le championnat russe à Samara, Jan Koller revient dans le sud de la France et s’installe sur la croisette début 2010. L’AS Cannes, qui évolue en National - équivalent de la troisième division - sera son dernier club, pour lequel il a quand même marqué 20 buts en 44 matches.

Il a indiqué cette semaine qu’il en avait marre des blessures, après un pépin au mollet et un dernier claquage. Père de deux filles, ce natif de Smetanova Lhota près de Pisek n’a pas précisé s’il avait déjà des plans pour la suite. Il a cependant indiqué qu’il resterait avec sa famille à Monaco et qu’il s’était inscrit dans un cours intensif de français.