Foot : les Tchèques sauvent l'essentiel

Tomas Rosicky, photo: CTK

La République tchèque a battu Chypre (1-0), mercredi, à Liberec, en match comptant pour les éliminatoires au championnat d'Europe 2008 de football. Une victoire obtenue dans la douleur grâce à un but de la tête de Radoslav Kovac en milieu de première mi-temps. Trois points qui permettent aux Tchèques de conserver la deuxième place qualificative du groupe D devant l'Irlande, mais qui n'ont fait oublier ni l'inquiétante défaite (1-2) subie samedi dernier contre l'Allemagne ni le scandale qui s'en est suivi.

Tomas Rosicky, photo: CTK
Si nous étions mauvaise langue, nous pourrions dire que le capitaine Tomas Rosicky et ses coéquipiers n'étaient pas encore remis de leurs tribulations nocturnes d'après match contre l'Allemagne, quand cinq d'entre eux ont été pris en flagrant délit par un journal à scandales bouteille de bière à la main et en compagnie de prostituées. Une affaire qui n'a pas fini de faire jaser au pays et qui, sans aucun doute, a influencé la préparation et le déroulement du match contre Chypre.

Milan Baros, photo: CTK
Mais cela serait sans doute trop simple. Car les hommes du sélectionneur Karel Brückner, dont la presse réclamait la démission jeudi matin, sont passés à côté de leur match. Les Tchèques auraient certes pu bénéficier d'une avance plus confortable au repos si Milan Baros avait fait preuve d'un peu plus d'opportunisme, mais au coup de sifflet final, ils pouvaient surtout s'estimer heureux d'avoir préservé leur maigre avantage et les trois points qui vont avec. Tomas Rosicky, auteur de l'une de ses plus faibles prestations depuis ses débuts en sélection, en était d'ailleurs bien conscient :

Tomas Ujfalusi et Tomas Rosicky, photo: CTK
« Nous aurions dû tuer le match en première mi-temps, nous avons eu suffisamment d'occasions. La physionomie de la seconde période a été complètement différente. Nous n'étions plus aussi bien organisés qu'en première mi-temps. C'était le problème principal. Nous n'étions plus aussi compacts et avons laissé des espaces, comme contre l'Allemagne. Mais nous avons quand même fait l'essentiel, rempli notre objectif et par rapport à la situation dans laquelle nous sommes actuellement, c'est le plus important. »

A l'inverse de Rosicky transparent, Jan Koller aura, lui, été le meilleur joueur tchèque. Son analyse rejoignait toutefois celle de son capitaine :

Photo: CTK
« Je pense que nous avons très bien joué en première mi-temps, avec beaucoup de rythme, et si nous avions concrétisé quelques-unes de nos occasions de but, le match ne serait pas devenu si compliqué pour nous. La seconde mi-temps ne s'est pas passée comme nous l'aurions voulu, et finalement nous pouvons même nous estimer heureux d'avoir conservé les trois points de la victoire. Nous avons commencé à manquer de forces et il y a eu beaucoup de pertes de balle inhabituelles. De leur côté, les Chypriotes se sont mis à jouer, à sortir de leur camp, à prendre confiance, et il faut avouer que nous avons eu de la réussite en fin de match. »

Reste que si les Tchèques n'ont pas été bons, ils ont malgré tout empoché trois points qui pourraient valoir leur pesant d'or au moment des décomptes finaux pour la qualification. Et en ces temps peu glorieux, là était peut-être bien finalement l'essentiel mercredi soir, en attendant tout de même un peu de mieux lors du prochain déplacement au pays de Galles au mois de juin.