Foot - Ligue des champions : le Slavia y est enfin !

Stanislav Vlcek, photo: CTK

Pour la première fois de son histoire, le Slavia Prague s'est qualifié, mercredi, pour la phase de groupes de la Ligue des champions. En battant (2-1) l'Ajax Amsterdam en match retour du troisième tour préliminaire devant leur public, les Tchèques ont confirmé leur victoire (1-0) obtenue à l'aller aux Pays-Bas. A l'issue d'une rencontre intense et riche en émotions, le Slavia est ainsi devenu le deuxième club tchèque, après son grand rival du Sparta, éliminé, lui, dans le même temps par Arsenal (0-2, 0-3), à rejoindre la plus prestigieuse des coupes d'Europe de clubs. Radio Prague était sur place.

Stanislav Vlcek, photo: CTK
Comme l'a clamé dans l'euphorie ambiante le commentateur de la Télévision tchèque au coup de sifflet final, si Prague avait été raccordée mercredi soir au stade de Strahov, alors toute la ville aurait eu de l'électricité pendant au moins deux semaines tant la tension et l'énergie qui régnaient alors sur et autour de la pelouse étaient fortes. Il faut dire que par cinq fois déjà en l'espace de dix ans, le Slavia avait échoué aux portes de la Ligue des champions, le dernier échec remontant à deux ans contre les Belges d'Anderlecht. Un vrai complexe que le club pragois, souvent considéré comme le Poulidor du football tchèque, est donc enfin parvenu à vaincre.

Mais pour venir à bout de cet Ajax menaçant jusqu'au bout, les partenaires de Vladimir Smicer et du Français Mickaël Tavares auront longtemps tremblé. S'ils ont certes ouvert le score dès la 22e minute par Stanislav Vlcek, il n'a fallu que onze minutes pour que Luis Suarez redonne de l'espoir au club d'Amsterdam. En seconde mi-temps, les Pragois se sont essentiellement attachés à conserver ce score nul de 1-1, aidés en cela par les sauvetages de leur gardien, Martin Vaniak, en état de grâce. Finalement, après un ballon récupéré dans son camp suivi d'une longue chevauchée et d'une passe décisive de Mickaël Tavares, c'est de nouveau Stanislav Vlcek qui inscrivait le deuxième but et libérait tout un stade à trois minutes de la fin. Quelques instants plus tard, dans les vestiaires, l'un des deux Français du Slavia, Mickaël Tavares, impliqué dans les deux buts de son équipe, rayonnait de bonheur :

« C'est vrai que c'est moi qui met la tête sur le premier but, mais on ne peut pas dire que c'est une passe décisive. Sur le deuxième but, c'est la délivrance. Il ne reste plus que trois minutes à jouer, j'arrive à lui glisser la balle et il la met au fond. C'est un rêve pour le Slavia, c'est un rêve pour moi et c'est un rêve pour ma famille. Je suis heureux, quoi ! »

-Après avoir gagné le match aller 1 à 0, comment avez-vous abordé ce retour ? Plutôt avec l'idée de défendre votre avantage ou la volonté de marquer ?

Slavia - Ajax, photo: CTK
« On a essayé de jouer, même si l'Ajax se devait de gagner. On a donc essayé de rester compacts, comme nous l'avait demandé le coach. Plus le match avançait, plus l'Ajax se découvrait pour marquer et il y a donc eu plus d'espaces pour nous jouer en contre. Et finalement, on a trouvé la faille. »

-Ca a quand même été difficile pour vous en deuxième mi-temps. L'Ajax avait plus la maîtrise du jeu, vous, vous avez couru après le ballon, et il a fallu que votre gardien sorte quelques parades décisives...

« Oui, il faut lui tirer un grand coup de chapeau. A l'aller comme au retour, il a été l'homme du match. Si on est là, c'est en grande partie grâce à lui. La chance a été de notre côté. »

-Un mot sur l'ambiance dans le stade à la fin du match (les supporters ont envahi le terrain) ?

« Pfff... Vous étiez là, vous avez vu comme moi. C'est un rêve d'enfant. On a un gros public qui est derrière nous et ça nous aide beaucoup. »

Vladimir Smicer, photo: CTK
Autre homme heureux, bien que sorti sur blessure après à peine un quart d'heure de jeu, Vladimir Smicer. L'ancien Lensois et Bordelais est revenu dans le club qui l'a vu naître au football professionnel, et forcément, cette qualification représente pour lui un moment particulier :

« C'est un grand plaisir et un grand bonheur. C'est vraiment un moment historique pour le club, qui n'a jamais participé à la Ligue des champions. Quand j'ai signé cet été au Slavia, je ne croyais pas qu'on pouvait arriver jusque-là. Jeudi soir, on va pouvoir profiter du tirage au sort. »

-Vous avez fait le plus dur en première mi-temps, mais l'Ajax a rapidement égalisé et c'est ensuite devenu très difficile pour le Slavia.

Stanislav Vlcek, photo: CTK
« Oui, on savait que l'Ajax est une très bonne équipe. Ils sont très forts devant et on savait qu'il nous fallait nous aussi marquer pour nous qualifier. On y est parvenus, mais on a encaissé et c'est vrai qu'après, en deuxième mi-temps, il y a trois ou quatre situations très chaudes devant notre but. Mais notre gardien a fait les grands arrêts qu'il fallait. Puis Vlcek a marqué son deuxième but, et là, c'est devenu extraordinaire pour nous. »

-Que vous a dit l'entraîneur à la mi-temps quand le score était de 1-1 ?

« Il nous a dit de jouer plus haut et d'être plus actif. On jouait trop bas et c'était dangereux. On savait qu'en continuant comme ça, on risquait d'encaisser un deuxième but. Mais l'Ajax a très bien joué et on n'a pas eu trop l'occasion de sortir le ballon, on était sous pression. Les joueurs de l'Ajax étaient très forts techniquement, c'était un match très difficile et on est passés avec la chance. »