Georges de Podiebrad : un « européiste » au XVème siècle ?

Georges de Podiebrad

"Si les villes et les princes ne reconnaissent pas de pouvoirs supérieurs dans ce monde, et qu'ils se trouvent en conflit, devant qui peuvent-ils porter l'affaire ?" En 1306, Pierre Dubois imagine, pour assurer la paix sur le continent, un tribunal européen, dont les décisions s'imposeraient à tous. En effet, le dernier avant-poste chrétien en Terre sainte, Saint-Jean-d'Acre, est perdu en 1291. Pour le reconquérir, il faut réunir de nombreuses troupes, ce qui nécessite une paix durable entre les princes catholiques. L'Europe est ainsi définie négativement de par le rôle qui lui incombe en Terre sainte ; c'est également pour défendre la chrétienté que Georges de Podiebrad, roi de Bohême de 1458 à 1471, proposera d'unir l'Europe. Podiebrad veut-il créer une véritable union européenne, ou ne cherche-t-il qu'à défendre des intérêts personnels ? Si son projet est visionnaire, il s'agit surtout d'un énième avatar du conflit entre le trône et l'autel.

Georges de Podiebrad
En 1453, les Turcs conquièrent Constantinople et menacent désormais le coeur de l'Europe. C'est dans ce contexte que Podiebrad propose une simple alliance militaire des princes européens, avant de concevoir un projet grandiose de « Confédération chrétienne ». En 1464 paraît son Tractatus pacis toti christianiti fiendae, qui partage avec le projet de Dubois un même objectif et une même solution : le recours à l'arbitrage international, assorti de sanctions armées pour qui le refuserait. Cependant, le projet de la Couronne tchèque est bien plus élaboré. Rédigé par Antonio Marini, atypique homme d'affaires grenoblois, il précise qu'aux côtés d'une assemblée permanente dotée d'un pouvoir législatif et d'une cour de justice, figurerait un Conseil suprême, composé du roi de France, du roi de Castille, d'un prince allemand et du doge de Venise : il s'agit d'une forme de directoire des grands, concept qui n'est pas prêt de disparaître du débat européen. L'architecture institutionnelle, qui respecte la séparation des pouvoirs, paraît elle aussi très moderne. Afin de ménager les susceptibilités, l'Assemblée se réunirait en alternance à Bâle, dans une ville française et dans une ville italienne. Les fondateurs de notre Communauté européenne hésiteront à déplacer ainsi le lieu des rencontres régulières, avant de limiter l'alternance à la seule présidence du conseil.

Georges de Podiebrad
Deux émissaires sont envoyés à Dieppe auprès du Roi Louis XI, en qui Podiebrad plaçait ses plus grands espoirs. Alors même que la Hongrie, la Pologne et Venise ont déjà donné leur accord, le Roi de France ne montre qu'une attention polie, ce qui enterre de fait le projet. Il semble que Podiebrad ait mal évalué la vraisemblance de son plan. Toutefois, si la diplomatie n'est pas inventée au XVème siècle, ce projet témoigne qu'on découvre alors l'étendue de ses ressources. En effet, au-delà du péril turc, le projet de Podiebrad sert habilement des intérêts contingents et personnels, de la même façon qu'en concevant un projet d'union des princes européens, Pierre Dubois défendait le roi Philippe le Bel dans le conflit de pouvoir qui l'opposait au pape Boniface VIII.

Podiebrad, hussite, est élu le 2 mars 1458 par la noblesse de Bohême, en majorité catholique. Il tâche de relever son pays, sorti ruiné de la guerre civile, et de rétablir le pouvoir monarchique. Face à lui, Pie II, qui monte sur le trône de saint Pierre le 19 août 1458, est résolu à affermir la puissance pontificale, durablement affaiblie par le Grand Schisme, et ébranlée par la Réforme hussite. Leurs relations sont d'abord cordiales, mais le Roi de Bohême se refuse à renier sa foi « hérétique ». En effet, contrairement à Henri IV qui a pu se convertir pour conquérir Paris, Podiebrad ne pouvait renoncer à la Réforme : ¾ des Tchèques étaient ultraquistes. Il ne pouvait simultanément s'incliner devant le pape et renforcer sa Couronne : cette contradiction ne tardera pas à apparaître. Les accords de Jilhava de 1436, qui ont intégré le hussisme modéré dans l'Eglise romaine, n'ont pas été formellement signés par l'Eglise. Aussi, le 31 mars 1462, Pie II peut dénoncer les Compactats : dès lors, il apparaît clairement que la guerre est au bout du chemin. C'est pour l'éviter que Podiebrad propose son plan, qui permettrait d'éviter l'isolement de la Bohème tout en affaiblissant la Curie. A cet égard, le chapitre financier est révélateur : les fonds communs seraient prélevés sur la dîme de l'Eglise. Pour faire l'Europe, on défait le Vatican. Podiebrad veut ainsi apparaître comme le défenseur du droit de tous les princes contre la théocratie romaine ; en évoquant le péril musulman, il détourne l'attention internationale de l'épineuse question tchèque, et défend son trône contre une probable déposition.

Au fait de la question tchèque - il est auteur d'une Histoire de la Bohême -, Pie II reconnaît que les ultraquistes ont « une bonne chose à leur actif : ils aiment le savoir ». De plus, il éprouve une certaine sympathie pour cette tentative d'unifier le continent, qu'il est l'un de premiers à considérer comme sa « patrie ». C'est peut-être ce qui le retiendra de jeter l'anathème sur Podiebrad. Avec le décès de Pie II, la situation du roi hussite se dégrade rapidement. En 1468, après que le pape Paul II eut jeté l'anathème sur Podiebrad, le roi de Hongrie Mathias Korvin se porte à la tête d'une croisade contre cette « Bohême enivrée d'erreur » (F. Villon). Victorieux - il se fait élire roi de Bohême le 3 mai 1469-, il domine les régions catholiques de la Couronne tchèque, Podiebrad ne conservant son autorité que sur les régions à majorité hussite. Pour assurer l'unité du Royaume, Podiebrad conclut un accord avec le roi de Pologne Casimir IV : à sa mort, la Diète tchèque élira un Jagellon, la dynastie régnante en Pologne. Le seul résultat concret de l'Europe de Podiebrad sera cette alliance polono-tchèque.

Le projet de Podiebrad a d'abord été conçu pour épargner au roi hussite une déposition papale ; l'inertie des princes et l'activisme de Rome l'anéantirent. Pour autant, il n'en est pas moins précurseur : derrière la façade de la République chrétienne, se cache une « ligue des princes », un embryon d'« Europe des patries », qui s'éloigne du rêve universaliste, centré autour de l'Empereur ou du pape, dans le sens d'une acceptation de la prééminence des Etats. Podiebrad considère l'Europe non pas tant comme une « expression géographique » ou une communauté chrétienne que comme une communauté politique, qui doit s'unir pour survivre. « S'unir ou mourir » : voilà l'alternative qui conduit souvent à l'idée d'unir l'Europe.

Auteur: Adelin Royer
mot-clé:
lancer la lecture