Il y a 25 ans, Tchernobyl

Chernobyl Nuclear Power Plant
0:00
/
0:00

Il y a 25 ans le monde découvrait le nom de Tchernobyl, désormais irrémédiablement associé à la plus grave catastrophe nucléaire de l’humanité. Le 26 avril 1986 explosait un des réacteurs de la centrale ukrainienne, faisant plus de 25 000 morts, victimes directes ou à retardement de l’accident.

Il faudra alors trois semaines à Moscou et à Mikhaïl Gorbatchev qui dirigeait l’URSS à l’époque pour reconnaître l’événement. Un événement aux conséquences difficilement calculables puisque longtemps, à l’Est comme à l’Ouest d’ailleurs, les informations sont diffusées avec parcimonie par les autorités qui craignent la panique que peut susciter la présence du nuage radioactif qui survole une partie de l’Europe. Aujourd’hui, avec en outre l’actuelle catastrophe de Fukushima en fond, les questionnements sur le nucléaire ressurgissent, et par là-même, ceux sur les conséquences de Tchernobyl, notamment en République tchèque. Dana Drábová est la directrice de l’Agence tchèque pour la sécurité nucléaire. Pour elle, les conséquences de Tchernobyl sur le territoire tchèque sont négligeables, comme elle l’avait confié à David Alon :

Dana Drábová
« Nous sommes convaincus que nous connaissons l’étendue des conséquences de Tchernobyl en République tchèque. Le niveau des radiations a été mesuré et a donné des taux très bas, proche de celui que l’on trouve habituellement en milieu naturel. L’impact de Tchernobyl sur le territoire tchèque est donc négligeable. Les Tchèques ont eu et ont toujours du mal à le croire. C’est là la conséquence directe du manque de communication et de transparence sous le communisme. En 1986, il y avait peu d’information. Durant les journées qui ont suivi la catastrophe, les gens recevaient des nouvelles de Radio Europe Libre et d’autres radios étrangères mais les faits se contredisaient et personne ne savait démêler le vrai du faux. Dès le début, nous avons pu mesurer et estimer le taux de radioactivité. J’y ai d’ailleurs participé personnellement puisque je débutais alors ma carrière. Malheureusement, aujourd’hui encore, la plupart des gens sont convaincus que le niveau de radioactivité aurait pu avoir un impact la santé de la population. Ce n’est pas le cas. Et d’ailleurs, je doute qu’en France, les conséquences aient été différentes. »

Episode peu connu de l’après-Tchernobyl : le retour de ceux qu’on appelle aussi les « Tchèques de Tchernobyl ». A quelques kilomètres du site accidenté, deux villages où vivaient les descendants de Tchèques installé en Volynie au XIXe siècle. Lorsque dans les années 1990, le tout nouveau président Václav Havel se rend officiellement en Ukraine, les représentants de cette minorité tchèque l’enjoignent de les aider à retourner dans le pays de leurs ancêtres. L’ancien dissident et dramaturge prend à cœur leur situation. Et entre 1990 et 1993, quelque 1812 Tchèques d’Ukraine sont rapatriés en Tchécoslovaquie. Tomáš Haišman, chargé de ce rapatriement pour le gouvernement fédéral à l’époque se souvient :

« Transférer ainsi plus de 1 800 personnes sur trois ans, leur assurer de quoi commencer une nouvelle vie – je pense que c’était quelque chose que les pays tchèques n’ont connu qu’après la Seconde Guerre mondiale… »

Même loin des radiations autour de Tchernobyl, les Tchèques d’Ukraine rapatriés devront faire parfois face à la peur et la méfiance des gens qui deviennent leurs nouveaux voisins. Et recommencer leur vie à zéro.

En attendant, à l’heure des commémorations de ce 25e anniversaire et où plane l’ombre de Fukushima, la République tchèque, par la voix de son Premier ministre, a fait savoir que cette dernière catastrophe ne remettait pas en cause l’existence de la centrale de Temelín en Bohême du Sud. Celle-ci a même fait l’objet d’un accord entre le gouvernement français et le gouvernement tchèque en février dernier sur la construction des 3ème et 4ème tranches de la centrale.