Infos du jour

r_2100x1400_radio_praha.png

La République tchèque expulse deux diplomates russes

Le gouvernement tchèque a décidé d'expulser deux diplomates russes, leur donnant 48 heures pour quitter le pays, a annoncé ce vendredi le Premier ministre tchèque Andrej Babiš. Cette décision fait suite à une affaire récemment dévoilée dans la presse tchèque, selon laquelle un agent s'était rendu en mars en Tchéquie avec de la ricine pour assassiner des élus de la capitale ayant pris des décisions peu appréciées par le Kremlin. Les autorités tchèques n'avaient jamais officiellement confirmé l'information, mais les trois élus avaient été placés sous protection policière.

« D'après les informations et les preuves que j'ai reçues de nos services de renseignement, il s'avère que toute l'affaire est née d'un conflit interne entre des employés de la représentation diplomatique de la Fédération de Russie à Prague, » a déclaré Andrej Babiš, expliquant qu'un de ces employés avait envoyé de fausses informations aux services de renseignement tchèques sur un projet d'agression visant des politiques tchèque. Selon le Premier ministre, l'incident a mis à mal les relations tchéco-russes et a imposé une charge de travail supplémentaire inutile à ses services.

Le ministre des Affaires étrangères Tomáš Petříček, la diplomatie tchèque s'est efforcée de régler toute l'affaire avec discrétion, mais la partie russe n'aurait pas laissé d'autre solution aux autorités tchèques que de déclarer les deux diplomates persona non grata. Le ministre a également fait savoir que le gouvernement tchèque était conscient que cette décision donnerait probablement lieu à une mesure réciproque côté russe.

Le porte-parole du président tchèque Miloš Zeman a fait savoir que ce dernier ne ferait aucun commentaire sur cette affaire. Le chef de l'Etat a exprimé à plusieurs reprises par le passé une vision critique des services de renseignement tchèques (BIS) et de son directeur Michal Koudelka qu'il refuse de nommer général.

La Tchéquie rouvre ses frontières avec la Hongrie et l'Autriche

Le ministre tchèque des Affaires étrangères Tomáš Petříček a annoncé qu'à compter de ce vendredi midi, les citoyens tchèques pourraient voyager librement vers la Hongrie et l'Autriche, sans restrictions ni contrôles. Il a rappelé que si la Tchéquie assouplissait les possibilités de voyager, il était nécessaire de vérifier les conditions d'entrée des destinations et qu'à partir de lundi, une carte interactive serait disponible sur le site du ministère. Jeudi déjà, la Slovaquie et la Tchéquie avaient annoncé la fin des restrictions de circulation entre leurs deux pays, dont l'histoire commune les rend traditionnellement proches.

Selon le chef de la diplomatie tchèque, il est désormais possible de revenir d'Allemagne sans présenter de test Covid-19 négatif à l'entrée en Tchéquie, mais des négociations étaient encore en cours avec le pays voisin où certaines restrictions sont encore en vigueur : des contrôles aléatoires sont toujours en vigueur en Allemagne, et il y est toujours nécessaire d'y présenter un document justifiant son déplacement, comme un rendez-vous médical ou la date d'un rendez-vous d'affaires.

Tous les vols en provenance de l'Union européenne autorisés dans tous les aéroports de Tchéquie

Les avions en provenance de tous les pays de l'Union européenne sont désormais autorisés à atterrir dans tous les aéroports de Tchéquie à compter de ce vendredi. Toutes les restrictions limitant les arrivées aux aéroports de Prague, Brno, Ostrava, Karlovy Vary ou Pardubice ont été levées, mais les contrôles frontaliers resteront en vigueur jusqu'à la fin juin.

Le gouvernement tchèque a justifié cette décision en rappelant que le risque de propagation du coronavirus était plus important dans le cadre des voyages aériens qu'en voiture ou en train. La police est invitée à faire ces contrôles « de manière flexible et adaptée à l'évolution de la situation, » peut-on lire dans le document approuvé par le cabinet.

Le ministre des Affaires étrangères israélien accepte une invitation à se rendre en Tchéquie

Le ministre des Affaires étrangères israélien Gabi Ashkenazi a accepté une invitation de son homologue tchèque Tomáš Petříček à se rendre en République tchèque, a fait savoir ce dernier via les réseaux sociaux. Les deux chefs de la diplomatie ont discuté, jeudi, au téléphone, d'une réunion commune des gouvernements tchèque et israélien et de la coopération entre l'Union européenne et Israël.

Les relations entre la République tchèque et Israël, alliés traditionnels, ont pris un coup de froid après la publication récente dans le quotidien Právo d’un article écrit par le ministre des Affaires étrangères Tomáš Petříček et ses prédécesseurs Lubomír Zaorálek, actuel ministre de la Culture, et Karel Schwarzenberg dans lequel les trois hommes critiquent les plans du gouvernement israélien pour l’annexion de la vallée du Jourdain et des colonies juives situées en Cisjordanie, soit 30 % de ce territoire occupé depuis 1967. Selon eux, la mise en œuvre de ce projet constituerait une violation du droit international.

Augmentation du taux de chômage à 3,6 % en mai

Le taux de chômage en Tchéquie est passé de 3,4 à 3,6 % en mai a fait savoir ce vendredi la ministre du Travail et des Affaires sociales Jana Maláčová (ČSSD). 266 144 personnes étaient sans emploi à la fin du mois écoulé, soit 12 104 de plus qu'en avril. En dépit de cette hausse, ce taux reste l'un des plus faibles de l'Union européenne.

La plupart des personnes à la recherche d'un emploi étaient issus des secteurs tels que les services, la restauration, le commerce, l'hôtellerie ou les transports. Selon la ministre, grâce aux aides de l'Etat, il y a eu moins de licenciements que ce que laissait prévoir les mesures de restriction liées au confinement généralisé.

Quatre localités envisagées pour stocker les déchets nucléaires

Un panel d'experts de l'Autorité de stockage des déchets nucléaires (SÚRAO) a sélectionné quatre localités qui pourraient potentiellement accueillir à l'avenir un site de stockage profond. La liste d'origine comprenait quelque neuf localités à travers la République tchèque. Les quatre localités concernées sont les villages Janoch en Bohême du Sud, non loin de la centrale nucléaire de Temelín, Horka dans la région de Třebíč, Hrádek dans la région de Jihlava et Březový potok en Bohême de l'Ouest.

Le site de stockage profond devrait voir le jour d'ici 2065. Les coût de la construction et de son fonctionnement est estimé à environ 111 milliards de couronnes. Actuellement, les déchets nucléaires issus de la production du pays sont stockés dans les centrales mêmes.

Météo

Samedi, jour de fête des Norbert, pluie et grisaille seront au rendez-vous avec des températures qui restent toutefois assez agréables : 19 °C pour les moyennes maximales.