Intensification des rapports tchéco-yougoslaves

r_2100x1400_radio_praha.png

Donner une nouvelle impulsion aux rapports tchéco-yougoslaves. Tel est le but de la visite du Président yougoslave, Zoran Zizic, en Tchéquie. Ces rapports ont connu une décennie de stagnation, durant la période de la guerre dans les Balkans et le gouvernement du président Milosevic. Un tournant s'est produit le 11 octobre dernier, où le gouvernement tchèque a levé les sanctions économiques prises en réaction à la politique du régime Milosevic contre la population albanaise au Kosovo. Dans le cadre d'une aide humanitaire, la Tchéquie a fourni, à la fin de l'an dernier, à Belgrade, dix autobus Karosa et un pont pour piétons à Kragujevac. En janvier de cette année, l'accord sur la protection et le soutien des investissements est entré en vigueur. Le volume d'échanges, qui a été pratiquement à zéro au début des années 90, s'est accru, en 1996, à 2,3 milliards de couronnes. En 2000, le chiffre d'affaires a atteint, déjà, 3,37 milliards de couronnes. Des firmes tchèques s'implantent en Yougoslavie, la plus active est l'entreprise Skoda Plzen participant à l'édification d'une usine électrique non loin de Belgrade. Les rapports tchéco-yougoslaves ont une longue tradition. Les relations diplomatiques ont été établies aussitôt après la fin du premier conflit mondial, en 1919. Les relations au niveau des ambassades existent depuis 1946.