Jan Cimický - Mademoiselle Paris

r_2100x1400_radio_praha.png
0:00
/
0:00

Montmartre la nuit, Paris en novembre, Jardin du Luxembourg, Françoise, Mouffetard… Tous ces titres sont tirés d’un recueil de courts poèmes qui vient de sortir et qui est l’œuvre de Jan Cimický, psychiatre et homme de lettres tchèque. Son dernier ouvrage est une sorte de déclaration d’amour faite à Paris, ville que l’auteur a pu connaître intimement. Lors de la présentation du livre intitulé ‘Traces sur le pavé (Stopami dláždění) – Mademoiselle Paris’, qui est accompagné d’illustrations de Jan Pacák, artiste récemment décédé.

Jan Cimický, photo: CTK
« Ce sont des poèmes que j’écrivais depuis 1966, il y a donc vraiment la poésie de toute ma vie et elle est bien liée à la France, à Paris, ville que j’aime beaucoup et où j’ai passé beaucoup de temps. C’est une ville que j’ai caressée de mes pieds, ce qui est très important pour connaître une ville. »

Est-ce plus difficile pour vous d’écrire des poésies que des proses ou d’autres textes ?

« Il n’y a pas de réponse. Tout simplement, c’est comme ça. Il y a des jours où il faut écrire des poésies. Il y a une ambiance, il y a quelque chose, une affection, mais il y a d’autres jours où il faut écrire des romans policiers. Tous les jours, on n’est pas toujours dans la même forme. Donc, de temps en temps, j’écris des poèmes, il y a des moments où j’en envie en revanche d’écrire autre chose. C’est comme dans la vie, vous ne mangez pas tous les jours de la viande. Il y a des jours où on prend une baguette. »

Avez-vous traduit certains de vos poèmes en français ?

« J’ai fait quelques traductions, mais je préfère écrire directement en français, il y a des poèmes français qui sont parus en France, surtout dans la revue Sud, à Marseille. Vous savez, il est plus facile d’écrire directement en français que de faire la traduction du tchèque. Même si c’est moi qui fais la traduction, il y a des choses que l’on ne sent pas exactement. Tandis que si l’on écrit directement en français, on utilise ce que l’on a besoin de dire. »

Vous êtes parfaitement francophone. Est-ce courant dans votre milieu ?

« Je pense que maintenant c’est surtout l’anglais qui domine, mais il y a beaucoup de médecins et de psychiatres francophones chez nous, il existe même une Association des psychiatres et des psychologues francophones en Tchéquie où il y a une soixantaine de personnes qui parlent français et qui sont comme moi – des admirateurs de la France. »