Josef Hlavka - architecte et mécène

r_2100x1400_radio_praha.png

Ce mois, précisément le 15 février, nous avons commémoré le 170e anniversaire de la naissance, en 1831, de Josef Hlavka, architecte et mécène qui s'est inscrit dans l'histoire de l'architecture du XXème siècle notamment comme batisseur de l'Opéra impérial de Vienne. Josef Hlavka fut aussi le premier président de l'Académie des Sciences et des Arts tchèque.

Josef Hlavka naquit le 15 février 1831, dans une petite ville de Bohême occidentale, dans la famille d'un employé. Doté d'un talent exceptionnel pour l'art plastique, il fut prédestiné pour une carrière d'architecte. Après avoir fini ses études secondaires, en 1847, il s'inscrivit, en effet, à l'Institut polytechnique de Prague, qui fut alors l'une des grandes écoles techniques les plus anciennes en Europe. Quatre ans plus tard, il poursuit ses études à Vienne à la célèbre Académie des Beaux-Arts. Etant un étudiant brillant, il obtient bientôt une bourse qui lui permet d'entreprendre un voyage d'études de plusieurs années en Europe occidentale et du Sud. De retour à Vienne, il prend possession de la firme de bâtiment de son protecteur, Frantisek Sebek, chez qui il avait fini son apprentissage de maçon. C'est ainsi que l'entrepreneur Hlavka a la chance de participer activement à la conjoncture, que le bâtiment connut dans la capitale de la monarchie des Habsbourg, à l'époque du premier grand épanouissement de la production industrielle. Comme la première commande, la construction d'une église des lazaristes, fut réalisée à la pleine satisfaction de l'investisseur, la firme Hlavek est désormais très recherchée. Les Viennois connaissent Hlavka surtout comme bâtisseur de l'Opéra impérial, du palais de l'archiduc Guillaume, de l'église Saint-Ottmar et d'un grand nombre de magasins et de maisons de rapport. Au cours d'une seule décennie, Hlavka réalisa à Vienne environ cent quarante grandes constructions.

A côté de ses activités d'entrepreneur, Josef Hlavka trouve aussi le temps de réaliser ses ambitions d'architecte. A Prague, il met sur pied son propre projet de la Maternité du pays construite en briques non crépies nous rappelant des vieux châteaux anglais construits dans le style tudorien. Bien que l'aspect romantique de ce bâtiment est un peu sombre, son équipement intérieur convenait aux critères les plus exigeants de la médecine d'alors. Plus tard, Hlavka est invité à construire une résidence du métropolite de l'Eglise orthodoxe grecque, à Tchernovtsy en Bukovine, qui fait partie, aujourd'hui, de l'Ukraine. Le projet, qui s'harmonisa parfaitement avec les traditions locales, fut réussi à tel point que le métropolite Hackmann n'hésita pas à élargir sa commande d'autres constructions. L'ampleur des travaux ainsi que les déplacements incessants entre Vienne, Prague et Tchernovtsy eurent pour résultat un épuisement physique et psychique. Atteint de paraplégie, en 1869, Hlavka continue, néanmoins, à diriger ses affaires à partir de son fauteuil roulant, jusqu'au jour où il perd aussi la vue. Il ne lui reste dorénavant qu'à renoncer à toutes ses activités professionnelles et déployer toute son énergie pour lutter contre la maladie. Il lui fallut dix ans pour en triompher.

Après son rétablissement, Hlavka ne revient plus jamais à sa profession d'origine. Convaincu que l'on a besoin de lui ailleurs, il met toutes ses forces au profit de la nation. En effet, il observe le développement de la nation tchèque avec un grand scepticisme; même au temps de ses succès indéniables, il ne cesse de provoquer ses amis par des visions sombres de sa disparition dans la mer allemande. Ce pessimisme le pousse, en même temps, à de nouveaux projets en vue d'élever le niveau culturel de la nation où il voyait la clé de son avenir. A cette époque-là, Hlavka accorde une aide matérielle à nombre d'étudiants, mais aussi à toute une pléiade de savants et artistes. L'un de ceux qui jouissait de cette aide fut tout probablement aussi le jeune compositeur Antonin Dvorak. Ami personnel de tous les représentants des partis politiques conservateurs, il ne leur accorde pourtant pas un seul sou pour financer leurs efforts. Dans le même temps il ne subventionne jamais des activités ayant un caractère purement charitable. Par contre, il investit tout son argent dans le développement de l'enseignement, des sciences et de l'art. A Prague, Josef Hlavka a le mérite, avant tout, de l'existence de deux institutions: l'Académie tchèque de l'empereur François-Joseph pour les sciences, les arts et la littérature et le Collège d'étudiants des hautes écoles pragoises, appelé Cité universitaire Hlavka après sa mort. La dernière grande institution liée à son nom est l'Institut d'économie nationale qui visait à soutenir les recherches économiques pratiques. L'existence de ces trois institutions devait être assurée à jamais par les moyens financiers de la Fondation Hlavka, qui fut la seule Fondation que le régime communiste ne crut pas nécessaire de supprimer, ce qui lui permet de garder sa continuité et d'accomplir la volonté de Hlavka. Mort le 11 mars 1908, Josef Hlavka reste avec nous grâce à l'oeuvre qu'il avait réalisée.

Auteur: Astrid Hofmanová
lancer la lecture