Kašperské Hory, une ville de chercheurs d’or, skieurs et randonneurs

Kašperské Hory, photo: Magdalena Hrozínková

Dans ce magazine touristique, nous voyagerons dans le massif de la Šumava. Pas vraiment pour s’adonner au ski de fond, même si la région propose de nombreuses et belles pistes sur ses crêtes. Nous voulons vous faire découvrir une de ces charmantes petites villes nichées au pied des collines où vous pouvez facilement trouver un logement agréable et, si tel est votre cas, approprié aux enfants. Il s’agit de Kašperské Hory, ville de chercheurs d’or à l’époque de l’empereur Charles IV, où vous trouverez un musée du jouet, de la moto, ainsi que celui de la Šumava et où se régaleront tous les amateurs de sport.

L'église Sainte-Marguerite,  photo: Magdalena Hrozínková
Vous entendez les cloches de l’église gothique Sainte-Marguerite, une église somptueuse qui domine la place de Kašperské Hory, petite commune de 1 400 habitants située non loin des villes de Plzeň, Klatovy, Sušice et Strakonice, dans le sud-ouest de la République tchèque.

Sur la place, vous trouverez, hormis le joli bâtiment Renaissance de l’Hôtel de Ville et des magasins, dont ceux de l’artisanat régional, plusieurs hôtels. Parmi eux, le Centre de loisirs (Centrum volného času), un hôtel spécialement aménagé pour les enfants. Sa propriétaire Sabina Kmecová, qui a passé une partie de sa vie en France, nous présente les attraits de cette partie de la Šumava, région limitrophe de la Bavière et donc hautement surveillée avant 1989 :

Photo: Archives de Radio Prague
« C’est une région exceptionnelle, du fait que sous le régime communiste, certaines parties de celle-ci avaient été transformées en des zones militaires et donc inaccessibles au public. La nature y est restée préservée, elle a une allure sauvage, il y a très peu d’habitations, mais beaucoup de forêts profondes, ce qui est vraiment rare en Europe centrale. C’est donc une région propice pour la pratique de différents sports en plein air, aux randonnées à pied ou à vélo… »

La région, est-elle visitée aussi par des touristes étrangers ?

Kašperské Hory,  photo: Magdalena Hrozínková
« Ils sont de plus en plus nombreux à venir. Ce qui leur plaît, c’est justement la verdure, le calme… En même temps, nous ne sommes pas loin des grandes villes : Kašperské Hory se trouve à deux heures de route de Prague et de Munich, à trois heures de Salzbourg. Du coup, cela donne la possibilité de faire des excursions d’une journée et de visiter toutes ces belles villes historiques et culturelles. »

Située 740 m d’altitude, Kašperské Hory est la ville gothique la plus haute de République tchèque. Réputée, dès le Moyen-âge, pour ses mines d’or, la région est devenue riche et prospère notamment au XIVe siècle, sous le règne du roi Jean de Luxembourg et de l’empereur Charles IV. Nous écoutons l’historien du Musée de la Šumava Vladimír Horpeniak :

« Les traces de l’exploitation de l’or, on les trouve aujourd’hui encore : il s’agit d’anciennes mines à ciel ouvert, ainsi que de puits creusés en profondeur et de galeries horizontales. Jean de Luxembourg a proclamé Kašperské Hory ville royale. Selon certaines sources, en 1345, les mineurs locaux l’ont aidé à conquérir les villes de Silésie, en creusant des passages souterrains au-dessous des fortifications qui ont ensuite permis aux soldats du roi de pénétrer dans ces villes. »

L'église Saint-Nicolas,  photo: Magdalena Hrozínková
A 1 km du centre de Kašperské Hory se trouve l’Eglise Saint-Nicolas du début du XIVe siècle, qui abrite des fresques uniques de cette époque-là qui se sont conservées jusqu’à nos jours. L’église est entourée d’un cimetière, où vous pouvez voir de nombreuses croix en fonte datant de la fin du XIXe et du début du XXe siècles. Sans vouloir être morbides, nous vous conseillons vivement d’y faire un détour : l’église est accessible depuis le centre-ville par une agréable allée qui offre de très belles vues sur les collines, champs et forêts environnants.

L'église de pèlerinage Notre-Dame-des-Neiges,  photo: Magdalena Hrozínková
Un autre monument vaut également le coup d’œil : l’église de pèlerinage Notre-Dame-des-Neiges, à proximité de laquelle coule une source d’eau que l’on dit miraculeuse. Le traditionnel pèlerinage y a lieu les 5 août, en présence des descendants des anciens habitants allemands de Kašperské Hory, forcés de quitter la ville et le pays, après la Deuxième Guerre mondiale.

Par ailleurs, au musée local se trouve un objet assez particulier qui se rapporte aux coutumes et traditions des habitants allemands de la Sumava, région au climat rude et aux conditions de vie difficiles. L’objet dont nous parlons s’appelle en tchèque « umrlčí prkno » (en français une planche funéraire). C’était effectivement une planche en bois modestement décorée. Vladimír Horpeniak explique :

Des planches funéraires,  photo: Miloš Turek
« Cette tradition régionale est très ancienne, elle date peut-être de la préhistoire. Le défunt reposait sur cette planche depuis sa mort jusqu’à l’enterrement et parfois, on le portait ainsi au cimetière. Cette période pouvait même durer plusieurs semaines voire plusieurs mois, du fait que dans le massif de la Sumava, les maisons étaient souvent isolées, éloignées de plusieurs kilomètres du cimetière le plus proche. En hiver, on plaçait donc le défunt sur la planche et on le mettait dehors, dans la neige, avant qu’il ne soit possible de l’enterrer. Après l’enterrement, on décorait la planche et on la laissait au cimetière ou au bord des rivières. Les gens souhaitaient que la planche pourrisse vite. Ils croyaient que dès lors, l’âme du défunt reposait enfin en paix. Mais cette coutume allemande n’a pas été adoptée par les Tchèques et a disparu après la guerre. Les planches les plus récentes qu’abrite notre musée datent donc de 1946. »

Kašperské Hory,  photo: Magdalena Hrozínková
Si vous venez à Kašperské Hory en été, ne manquez surtout pas de découvrir ses environs à travers un des itinéraires pédestres qui commencent sur la place de la ville. Il s’agit de l’ancienne route commerciale utilisée par les marchands d’or, une des trois grandes routes qui traversaient jadis la Sumava et qui aurait dû, comme l’avait souhaité Charles IV, relier l’Europe du Nord, Prague et Venise. Pour protéger cette « Zlatá stezka » (la route d’or en français), ce même Charles IV a fait construire, en 1356, à 886 mètres d’altitude, un château-fort surplombant la ville de Kašperské Hory, l’incontournable Kašperk. Accessible d’avril à octobre, il propose plusieurs circuits de visite, ainsi que des événements culturels, tels que des spectacles de la compagnie de théâtre pragoise Kašpar.

Château-fort de Kašperk,  photo: Magdalena Hrozínková
Revenons à l’exploitation d’or de Kašperské Hory, richement documentée au Musée local de la Šumava. On y trouve même un trésor de 4 000 pièces d’argent retrouvé récemment lors des fouilles archéologiques effectuées au centre-ville. Vladimír Horpeniak :

« Le passé riche et glorieux de la ville a été troublé par la Guerre de Trente ans. La région a été ravagée par les armées étrangères, les gens avaient peur de perdre ce qu’ils avaient, alors ils ont caché leur argent dans le sous-sol. Il y a environ quatre ans, au cours de la rénovation de la place de Kašperské Hory, les archéologues ont trouvé ces pièces d’argent datées du XIVe siècle pour les plus anciennes et du début du XVIIe siècle pour les plus récentes. On en a trouvé aussi quelques-unes sur la place, où avaient lieu les marchés, mais ce trésor-là a été découvert dans la cour d’une des maisons, à une profondeur d’environ 40 cm. »

Peut-on encore aujourd’hui trouver de l’or à Kašperské Hory ?

« Evidemment, l’or qui existe ici continue à intéresser différentes sociétés d’exploitation qui envoient dans la région des prospecteurs miniers. Récemment, la société tchéco-canadienne TVX Bohemia důlní a effectué ici des fracturations et l’analyse des roches. Ils sont arrivés à la conclusion qu’à l’est de Kašperské Hory se trouvait une quantité incroyable de près de 150 tonnes d’or. Mais pour extraire cet or de la roche, il faudrait utiliser des cyanures, ce qui représenterait sans doute des risques pour l’environnement. Les habitants de la région et les autorités locales et même le gouvernement se sont opposés à ce projet et les travaux de prospection ont été arrêtés. »

Centre de loisirs,  photo: Magdalena Hrozínková
Enfin, encore un mot du Centre de loisirs, déjà évoqué au début de ce magazine. Il se trouve sur la place de Kašperské Hory, dans un bâtiment du début du XIXe siècle qui appartenait, il y a quelques années encore, à l’Ordre des Sœurs de Notre-Dame. Sabina Kmecová, ancienne professeur d’éducation physique, et son mari y ont aménagé un hôtel confortable, mais bon marché, approprié aux familles avec enfants. Pendant que les parents se rafraîchissent et relaxent dans le très joli Café Nebespán, installé au rez-de-chaussée, leur progéniture peut se régaler dans plusieurs salles de jeux, voire dehors, dans le jardin. Un programme ludique, créatif et sportif est organisé pour eux chaque après-midi, été comme hiver, par une équipe d’animatrices.

Sabina Kmecová explique pourquoi elle a fondé ce type d’hôtel :

« Tout d’abord, mon mari et moi, nous savons exactement quelles sont les attentes et les besoins des familles. Nous-mêmes, nous avons deux enfants et comme nous aimons voyager, nous les emmenons avec nous. Nous cherchons toujours des endroits où les enfants se sentent bien, où ils sont en sécurité et où les parents peuvent, aux-aussi, se reposer un peu. Or, en République tchèque, au début des années 2000, ce genre d’hébergement était très rare. Voilà ce qui nous a donné l’idée de nous lancer. »

Si vous venez à Kašperské Hory, située aux portes du Parc national de la Šumava, nous vous conseillons vivement de visiter d’autres communes et stations de ski de la région, telles que Kvilda, Horská Kvilda ou Zadov, ainsi que la ville historique de Sušice, ou encore les châteaux forts Rabí et Velhartice.

www.sumava-volnycas.cz

www.kasperske-hory.cz

10
49.166040800000
13.564049000000
default
49.166040800000
13.564049000000
49.143882800000
13.555702200000