La bière, un peu d'histoire

r_2100x1400_radio_praha.png
0:00
/
0:00

La bière, liquide doré ou brun surmonté d'une mousse bien haute, servi dans un verre ou une chope emperlée. Le goût en est amer et l'effet désaltérant, surtout en été. Les amateurs de bière connaissent bien cette sensation de bien-être après avoir bu la première gorgée. La bière tchèque est renommée dans le monde entier tout comme la bière belge. Et justement la bière tchèque et les endroits intéressants liés à son histoire sont l'objet de cette émission.

Le brassage de la bière en Bohême a commencé il y a des dizaines de siècles. Les premiers à mettre en oeuvre la production du précieux liquide furent les bénédictins du monastère de Brevnov se trouvant à Prague. A l'origine ils brassaient la bière clandestinement, car boire de la bière était considérée comme malsain, presque une atteinte aux moeurs. Au XVIe siècle le brassage de la bière était concentré dans les villes de Louny, Zatec et Litomerice. Les houblonnières de cette région restent toujours des plus denses avec un volume de récolte très élevé. La raison en est simple. Tous les éléments indispensables à la production d'une bière de qualité sont présents dans la région : de l'eau saine, du houblon et de l'orge exquise.

Le monastère de Brevnov

Mais revenons au monastère de Brevnov où pour la première fois les moines de l'ordre des bénédictins, le plus ancien d'Europe, ont commencé le brassage de bière. Il vaut certainement la peine de dire quelques mots sur l'histoire du monastère de Brevnov. Il est le plus ancien de Bohême. L'abbaye en fut fondée en 993 par le prince Boleslav II de la dynastie des Premyslides et l'évêque pragois saint Adalbert Slavnikide, qui a justement eu un grand mérite dans l'introduction de l'ordre des bénédictins en Bohême. Par son intermédiaire il pensait christianiser les pays de la couronne de Bohême. Au Moyen Age le monastère de Brevnov devint le centre politique, culturel et économique du pays. Bien évidemment, nous avons une petite légende sur la fondation du cloître, liée à la source Vojteska, à vous raconter chers auditeurs.

Une nuit, l'évêque saint Adalbert et le prince Boleslav II, dit le Pieux, de la dynastie des Premyslides, firent un songe identique. Dieu leur apparut en rêve, leur conseillant de construire à un endroit précis, non loin du Château de Prague, une église et un cloître consacré aux moines de l'ordre de saint Benoît. Le jour suivant, l'évêque et le prince se rendirent près de la source du ruisseau Brusnice, lieu qu'ils aperçurent dans leur rêve. Les deux hommes cachés par un buisson virent alors un cerf s'approcher pour boire à la source. Il s'arrêta et baissa le cou pour boire. Mais soudain, il se redressa, fit demi-tour et disparut rapidement dans les fourrés. Intrigués, l'évêque et le prince s'approchèrent du point d'eau. Ils remarquèrent alors une bûche obstruant l'accès à la source. D'un commun effort, ils sortirent la bûche qui avait empêché le cerf de boire et aussitôt l'eau jaillit. Le prince et l'évêque décidèrent de faire construire un monastère à cet endroit. Dès le XIVe siècle, la bûche noueuse et charpentée devint le symbole du monastère de Brevnov.

Le monastère a connu deux périodes d'essor, au cours desquelles, de nombreux bâtiments furent ajoutés : par exemple une basilique à trois nefs, une crypte sous le presbytère, l'Orangerie ou le pavillon d'été Vojteska construits d'après le concept de K. I. Dientzenhofer. Il est certain qu'il y a également beaucoup de choses à voir hormis les magnifiques fresques du monastère. A l'intérieur du monastère on peut admirer l'église Sainte-Marguerite, le cloître Sartorius, appelé également le Petit cloître, le pavillon d'été Hvezda (Etoile), construit au XVIe siècle d'après l'esquisse de l'archiduc Ferdinand Ier du Tyrol. Hvezda se trouve sur le terrain de l'ancienne chasse royale, fondée également au XVIe siècle par l'empereur Ferdinand Ier de Habsbourg sur le terrain de la forêt Matejov appartenant au monastère de Brevnov.

Il y a aussi une autre ville renommée pour la production d'une bière de qualité supérieure. Il s'agit de Krusovice, non loin de Prague. Au XVIe siècle l'empereur germanique, roi de Hongrie et de Bohême, Rodolphe II, attribua à la brasserie de Krusovice le statut de brasserie royale. Encore aujourd'hui la brasserie porte le nom de Brasserie royale de Krusovice. On y produit cinq sortes de bière dont la fameuse bière brune, produite à Krusovice depuis un siècle. La brasserie de Krusovice est l'une des rares brasseries régionales qui a su résister à la pression économique, après la Révolution de velours de 1989. Cinq ans après la révolution, le management de la brasserie a réussit à passer des contrats de fournisseurs avec des centaines de clients. La hausse de la production a attiré l'investisseur étranger qui a fait des investissements considérables dans une nouvelle technologie.

Un développement continu de l'exportation exige des conditions beaucoup plus rigoureuses, surtout en ce qui est du délai de conditionnement. Avant, les délais étaient de quinze jours, alors qu'aujourd'hui la date d'expiration est d'une année. Voilà pourquoi de nos jours les petites brasseries en Bohême sont en voie de disparition. Mais le sort des brasseries n'a pas été aussi dramatique que celui des sucreries dont il ne reste que dix sur soixante. Actuellement, il y a en Bohême une cinquantaine de brasseries.