La coalition a gagné la bataille pour la TVA

Cyril Svoboda pendant le transport à Prague, photo: CTK

Dans des circonstances assez mouvementées, la Chambre des députés a adopté la loi sur la TVA.

Cyril Svoboda pendant le transport à Prague, photo: CTK
La coalition gouvernementale a gagné sa bataille pour la loi sur la TVA: 101 députés des 184 présents ce jeudi à la Chambre l'ont votée. Il faut dire que peu de votes ont été accompagnés d'autant de difficultés que celui-ci. Le premier obstacle à la promulgation de cette loi fut le renvoi du projet à la Chambre par le président de la République, Vaclav Klaus. Le deuxième, l'accident de la route du chef de la diplomatie et député chrétien-démocrate, Cyril Svoboda, qui l'a empêché d'être présent à la Chambre le 20 avril, où le nouveau vote de la loi sur la TVA devait se dérouler. Sans sa voix et celle d'un autre député malade, la coalition n'aurait pas obtenu la majorité nécessaire de 101 voix pour mettre le président en minorité. Opéré, samedi dernier, d'une vertèbre, à Brno, le ministre se porte bien et les médecins lui ont permis de se rendre à Prague. Mais pas plut tôt que ce jeudi. Consciente de la gravité de la situation, la Chambre a finalement donné son accord à l'ajournement du vote de deux jours, pour ce jeudi. Cyril Svoboda a été transporté à Prague par un hélicoptère du ministère de la Défense. Une ambulance l'a amené jusqu'à la Chambre des députés. Après le vote, il a été transporté à l'hôpital militaire de Prague où une rééducation l'attend.

La loi sur la TVA qui vient d'être votée diminue la taxe fondamentale de 22% à 19%. En soumettant certains produits et services taxés aujourd'hui à 5% dans la catégorie de 19%, elle renchérit le prix de certains produits et services. Une compensation financière diminuant ses retombées a également été votée. L'adoption de la loi a été attendue avec impatience par les entrepreneurs qui ne savaient pas quelle taxe il faudrait payer, après le 1er mai. La loi fait partie des piliers de la réforme budgétaire et son adoption était nécessaire pour l'entrée du pays dans l'UE. Le gouvernement s'attend à ce qu'elle renforce les comptes publics de 20 milliards de couronnes.

La loi ne plaît pas à l'opposition qui a voté contre. L'ODS estime que la coalition a fait plus que ce que la nécessaire harmonisation avec l'U.E. exigeait. Selon les communistes, la loi va à l'encontre des citoyens puisqu'elle augmente le prix de beaucoup de produits et services dont surtout ceux des coiffeurs, de réparation, de nettoyage, également des repas dans les restaurants, et des billets d'entrée aux matchs sportifs et d'autres encore.

L'adoption de la loi a été possible grâce à la voix du député sans parti, Petr Kott, anciennement ODS, auquel la coalition a fait appel. A la Radio tchèque, Petr Kott a dit avoir choisi le moindre mal:

"Je me suis mis du côté de ceux qui disaient que ce serait une tragédie si la loi n'était pas adoptée. Un certain rôle y a été joué par le fait que la coalition dispose, réellement de 101 voix, mais qu'elle en a été privée à la suite d'événements malheureux et je pense que sans une certaine grandeur d'esprit, notre travail à la Chambre n'aurait pas de sens."