La Commission européenne autorise le plan de l’Etat tchèque d’aide à la fermeture de la mine Paskov

La mine Paskov, photo: Archives de la société OKD

Le plan d'aide de l’Etat tchèque pour la prolongation jusqu'en 2017 de l'exploitation du charbon dans la mine de Paskov, située dans les environs d'Ostrava, a été autorisé ce jeudi par la Commission européenne. Bruxelles estime en effet que ce programme d’aide sociale aux mineurs n’enfreint pas les règles du marché commun européen. Cette année, la société OKD, qui gère la mine de Paskov, devrait licencier 1600 personnes dans une région déjà largement affectée par le chômage.

La mine Paskov, photo: Archives de la société OKD
Ce n’est pas une surprise pour le ministre de l’Industrie et du Commerce Jan Mládek et pour les syndicalistes de la mine, lesquels disaient s’attendre à ce que la Commission valide le plan d’aide. Celui-ci, décidé au niveau gouvernemental en avril dernier, prévoit que l’Etat tchèque verse600 millions de couronnes (environ 22,2 millions d’euros) au groupe New World Resources (NWR), propriétaire de la société OKD. En prolongeant l’exploitation de la mine Paskov, la société s’engage avec cet argent à y maintenir un effectif d’au moins 1800 mineurs jusqu’en 2017.

Membre d’un parti danois social-libéral, la Commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager a indiqué que le manque de concurrence des mines de charbon condamnait à terme leur exploitation et que c’est la raison pour laquelle la « Bruxelles et les Etats membres trouvent des solutions pour aider les mineurs à franchir cette transition délicate ».

Bénéficiaire sept années durant, l’entreprise NWR a connu de mauvais résultats en 2013 et a alors annoncé vouloir fermer la mine Paskov et réduire les salaires de ses employés, déclenchant un mouvement de protestation des syndicalistes et la réaction du gouvernement.