La fièvre aphteuse ? Pas de panique, encore, en Tchéquie

la vache

Désinfection à tous les passages frontière, sauf avec la Slovaquie, fermeture des passages pour les piétons et les cyclistes, interdiction de transit et d'importation de certains produits, énormes craintes des éleveurs tchèques. Ce sont les conséquences de l'épidémie de fièvre aphteuse, qui s'est déclarée en Grande-Bretagne. Alain Slivinsky pour plus de détails.

la vache
La seule frontière, qui a conservé un régime normal, est celle entre la Tchéquie et la Slovaquie. Pourquoi ? Aucun cas de fièvre aphteuse n'a été dépisté dans ces deux pays. La République tchèque n'a pas fermé ses frontières avec les pays voisins, mais les mesures qui sont entrées en vigueur, à partir de jeudi minuit, sont assez rigoureuses. Arrivées par train, en voiture ou en autobus, toutes les personnes qui veulent franchir les frontières de la Tchéquie avec l'Allemagne, l'Autriche et la Pologne, doivent se soumettre à des mesures de désinfection. Il est interdit de faire entrer de la viande fraîche, de la charcuterie, des produits laitiers etc... Cela cause bien des problèmes aux frontières : retards, bouchons, et mauvaise humeur de certaines personnes qui se voient contraintes de jeter à la poubelle, leurs sandwiches ou, tout simplement, une tablette de chocolat. Il faut dire que l'interdiction concerne les produits dit frais...

Les douaniers préfèrent souvent interdire toute denrée alimentaire, en affirmant qu'il leur est difficile de faire la différence entre un produit frais et un autre. Les produits employés pour la désinfection peuvent aussi créer des problèmes : jeudi à la frontière tchéco-allemande, en Bohême de l'ouest, les douaniers allemands ont dû arrêter leur travail pendant plusieurs heures. Ils s'étaient intoxiqués avec le désinfectant à base de chlore utilisée du côté tchèque pour la désinfection. Selon la police allemande, les doses étaient trop fortes. Les autorités tchèques affirment qu'une solution de 3 % est absolument normale. Le fautif serait plutôt le vent qui soufflait en direction du poste allemand. Le plus gros problème concerne certainement les petits passages frontière et ceux réservés aux piétons et aux cyclistes.

La police des frontières affirme qu'elle est bien incapable de les contrôler tous. On pense à l'appel des forces de l'Armée tchèque. Comme je l'ai dit au début, la frontière entre la Tchéquie et la Slovaquie reste sans problème, mais seulement jusqu'au jour où, « Dieu nous protège », comme on dit, la fièvre aphteuse ne fera pas son apparition d'un l'un ou l'autre pays. D'un autre côté, les spécialistes restent sceptiques : on ne peut faire, certes, plus, pour l'instant, mais les mesures de désinfection leur semblent dérisoires, car le virus de « l'aphteuse » se propage très bien par la voie des airs. On est au printemps, ou presque. Les oiseaux vont commencer à migrer. Ils véhiculent aussi le virus. On désinfecte les roues des voitures... et si ce misérable virus se cachait dans les ailes, les amortisseurs ou, tout simplement, dans le creux entre le talon et la semelle de votre chaussure ? Mais, pas de panique et gardons l'espoir d'être épargnés.