La peine capitale : attitude de la République tchèque

r_2100x1400_radio_praha.png

La fuite, dimanche dernier, de Jiri Kajinek, condamné à perpétuité pour assassinat, de la prison de Mirov, prison la plus rigoureusement surveillée en République tchèque, ne devrait pas remettre à l'ordre du jour la question du renouvellement de la peine capitale. Selon les experts en droit, il s'agirait d'un populisme pur et simple. Par ailleurs, ce serait une entrave à notre adhésion à l'Union européenne. Toutefois, à en croire les sondages, la majorité des habitants de la République tchèque seraient partisans du verdict absolu, en cas de crimes très graves. En l'espace des cinq dernières années, le gouvernement tchèque a eu à refuser à deux reprises les projets de renouvellement de la peine capitale... C'est en juillet 1990 que celle-ci a été abolie en Tchécoslovaquie. Dans les années quatre-vingt précédant cette décision, 21 personnes ont été exécutées dans le pays pour assassinat.