La population tchèque augmente mais surtout grâce aux étrangers

r_2100x1400_radio_praha.png

Selon les dernières données publiées par l'Office des statistiques tchèque, le nombre des habitants de la République tchèque et des nouveaux-nés est en légère hausse, cette année. A quoi est donc due cette augmentation ?

Au 31 mars 2006, la République tchèque comptait dans les 8 000 habitants de plus en totalisant ainsi 10 259 017. Pourtant, d'après l'Office des statistiques tchèque, cette augmentation est le résultat de l'arrivée des étrangers dans le pays. Grâce à eux, justement, le nombre des habitants de la Tchéquie est en hausse pour la quatrième année consécutive. Cette tendance est courante dans les autres pays européens, comme le confirme Bohdana Hola, de l'Office des statistiques :

« La grande majorité des pays européens accuse une baisse de l'augmentation naturelle du nombre de leurs habitants. Ils compensent vraiment cette perte naturelle par l'arrivée des immigrés, comme par exemple l'Allemagne ou l'Italie. »

Il semble que le nombre de nouveaux-nés pourrait continuer à augmenter dans les années à venir. Cette tendance serait due, d'après la spécialiste en démographie, Anna Stastna, au fait que la génération des années soixante-dix aurait tardé à fonder une famille. Elle pense, pourtant, qu'on ne peut s'attendre à une augmentation majeure du nombre de mariages et de divorces. L'augmentation du nombre d'habitants de la Tchéquie est aussi influencé par la prolongation de la vie de ses habitants.

La capitale tchèque, Prague, voit aussi le nombre de ses habitants augmenter : 1 183 729 au 31 mars 2006. Le nombre des nouveaux-nés est en hausse constante et celui de jeunes étrangers qui viennent s'y installer de même. Par contre, Prague perd aussi ses habitants et pas seulement en raison des décès. En effet, de plus en plus de Pragois qui arrivent à l'âge de la retraite choisissent de se retirer à la campagne. Quels sont les étrangers les plus présents en Tchéquie ? Les Ukrainiens, les Slovaques et les Vietnamiens.