La République tchèque deuxième pays le plus attractif pour les investisseurs allemands

La République tchèque est le deuxième pays le plus attractif en Europe centrale et de l’Est pour les investisseurs allemands. Tel est le résultat d’une enquête menée récemment par la Chambre de commerce et industrielle tchéco-allemande et les chambres de commerce dans quinze autres pays de la région. La Pologne arrive en tête de ce classement.

Longtemps, pendant sept ans et jusqu’à l’année dernière, la République tchèque a occupé la première place. S’il a perdu son leadership, le pays n’en demeure pas moins attirant pour les sociétés du voisin allemand. Ainsi, 88% de celles qui ont investi en République tchèque affirment qu’elles ne regrettent pas leur choix et que sur la base de leur expérience, elles le feraient le même aujourd’hui. Un chiffre particulièrement flatteur, puisqu’il s’agit du plus élevé jamais enregistré depuis la première enquête menée en 2006.

Tout n’est pas parfait pour autant. Les entrepreneurs allemands ont fait part de leur mécontentement relatif à l’évolution des coûts du travail en République tchèque. Si ceux-ci ne représentent toujours qu’un tiers de ce qu’ils sont en Allemagne, ils sont cependant trois fois plus élevés qu’en Bulgarie, par exemple. De même, la République tchèque figure parmi les pays les moins bien notés dans les domaines du rendement, de la motivation et de la qualification des employés. Enfin, les sondés se plaignent de l’accessibilité à la main-d’œuvre qualifiée, la troisième plus mauvaise des seize pays étudiés, tout comme de l’insuffisance de la lutte contre la corruption et du manque de transparence dans la gestion des appels d’offres.

Dans la colonne points positifs figurent la stabilité économique de la République tchèque, les infrastrcutures ou encore la qualité et la disponibilité des fournisseurs tchèques et le règlement des factures en temps et en heure.

Derrière la Pologne et la République tchèque se classent, dans l’ordre décroissant, l’Estonie, la Slovaquie, la Slovénie, la Croatie, la Lettonie, la Lituanie, la Russie et la Hongrie.