La République tchèque et la Hongrie : une entente parfaite

Le drapeu de Hongrie au château de Prague

Pour la première fois, le Président de la République de Hongrie, Ferenc Madl, a effectué une visite officielle en République tchèque. Magdalena Segertova fait le point de cette visite et des relations tchéco-hongroises.

Le drapeu de Hongrie au château de Prague
Une entente parfaite dans tous les domaines, voilà comment on pourrait brièvement caractériser les relations bilatérales entre la République tchèque et la Hongrie. Les Présidents des deux pays, Vaclav Havel et Ferenc Madl, l'ont confirmé après leur première rencontre officielle sur le sol tchèque. Une preuve de l'intensité du dialogue tchéco-hongrois : Vaclav Havel s'est rendu, ces derniers temps, quatre fois en Hongrie et, cette année, Prague a accueilli plusieurs hauts représentants politiques hongrois. Les relations entre Prague et Budapest ont une très longue tradition. Après la chute du régime communiste, et la partition de la Tchécoslovaquie, elles se sont encore renforcées, même si la Tchéquie et la Hongrie n'ont plus de frontière commune. Côté économie, importations et exportations, tout ce passe très bien, grâce aux nombreux accords entre les pays d'Europe centrale qui facilitent énormément le commerce.

Au cours des conversations de Ferenc Madl avec le Président Havel et les autres dirigeants politiques tchèques, deux thèmes principaux ont été évoqués : l'élargissement de l'OTAN et de l'Union européenne et, bien sûr, les attentats terroristes aux Etats-Unis. Vaclav Havel a souligné que son homologue hongrois était le premier président d'un pays membre de l'OTAN, avec qui il a pu s'entretenir de la tragédie américaine. La Hongrie, pareil que la République tchèque, est prête à apporter une aide concrète à Washington et à participer activement à la punition des terroristes. En même temps, les deux chefs d'Etat sont persuadés que les attaques contre les USA ne vont pas menacer l'élargissement de l'UE ou de l'OTAN. "Lors du sommet pragois, au moins la Slovaquie, la Slovénie et les pays baltiques devraient adhérer à l'Alliance atlantique", a dit, à Prague, le Président hongrois. Quant à l'élargissement de l'Union européenne, pas de rivalité entre la République tchèque et la Hongrie, comme on pourrait le croire. Bien au contraire : "Nous sommes partenaires et nous harmonisons nos démarches", affirme Ferenc Madl. Ajoutons que la République tchèque et la Hongrie font partie des pays les mieux préparés à l'entrée à l'Union et veulent achever leurs négociations avec les Quinze avant la fin de l'année prochaine.

Auteur: Magdalena Segertová
lancer la lecture