La République tchèque - un pays d'accueil sollicité

r_2100x1400_radio_praha.png

La République tchèque était, pendant des années, un pays de transit pour les ressortissants de pays de l'Est, désireux de recommencer une vie meilleure dans un pays occidental. Aujourd'hui, elle est recherchée, de plus en plus, comme un pays d'accueil. En 2002, on aura enregistré en Tchéquie plus de 10 000 requérents d'asile. De quels pays viennent- ils, ces derniers temps? La réponse avec Alena Gebertova.

La Russie, l'Ukraine et la Chine sont les trois pays, assez traditionnellement d'ailleurs, dans lesquels se recrute le plus grand nombre de personnes qui viennent en République tchèque dans le but d'y acquérir le droit d'asile. A présent, les plus nombreux sont les ressortissants tchétchènes qui représentent la moitié de ceux venus de la Fédération russe. Depuis le début de l'année, on estime que plus de 1 800 Tchétchènes ont déjà demandé le droit d'asile en Tchéquie. Une partie d'entre eux, pourtant, quitte en attendant les camps de réfugiés, désirant s'implanter, plutôt, dans l'Autriche voisine. On peut se référer à une information parue dans la presse autrichienne, selon laquelle le nombre de demandeurs d'asile tchétchènes en Autriche a tendance à s'accroître de façon dramatique... En ce qui concerne la partie tchèque, sa législation veut que la procédure d'octroi du droit d'asile soit stoppée pour toute personne au moment où celle-ci quitte le camp sans autorisation, pour plus de 24 heures.

Le conflit en Irak ne se répercute pas tellement dans le nombre de demandeurs d'asile de ce pays ; 36, à la fin du mois de juin, par rapport à 11, auparavant. En revanche, la nouvelle représaille du régime Castro contre l'opposition, au printemps dernier, ne s'est traduite par aucune nouvelle demande d'asile d'un ressortissant cubain. Une information du Ministère de l'Intérieur.