La Saison russe à Prague

r_2100x1400_radio_praha.png
0:00
/
0:00

Prague et d'autres villes tchèques accueillent la manifestation culturelle qui s'appelle la Saison russe. Elle a débuté le 1er mars, à l'occasion de la visite du président russe Vladimir Poutine à Prague, et doit se poursuivre jusqu'à la mi-décembre.

La Saison russe 2006 renoue avec les éditions précédentes organisées depuis 1991 déjà, dans notre pays. Selon la commissaire du projet Katerina Novotna, la culture russe se présente sous ses facettes traditionnelles, dont en premier lieu le ballet et la musique, mais aussi par sa création contemporaine très peu connue dans notre pays. Le public pourra assister aux projections de films historiques russes inédits. L'un des points forts, la série de concerts donnés au mois de mai par l'ensemble de danse et de chants Alexandrovci. La commissaire espère que la manifestation connaîtra un succès parmi les artistes tchèques pour lesquels ce sera une occasion d'établir des contacts et de se présenter, lors d'une manifestation réciproque, en Russie. Elle espère aussi que l'ensemble du programme attirera beaucoup de jeunes pour lesquels la culture russe ne revêt pas la connotation négative de l'ère soviétique.

Dans le cadre de la Saison russe, plus d'un milliers d'acteurs et danseurs se présenteront à Prague, Cesky Krumlov, Brno, Pribram, Ostrava, Pardubice, et autres villes. Le mois de mars est placé sous le signe du « Printemps Slave 2006 » : une manifestation réservée à la création musicale, théâtrale et plastique de la jeune génération russe. Trois concerts caritatifs s'inscrivent auprès de ce Printemps Slave : ils seront donnés à la clinique psychiatrique de Cerveny Dvur pour les jeunes patients souffrant de différents types de dépendance.

La Saison russe est soutenue par le ministère tchèque de la Culture qui couvre près de 20% des frais, le reste est financé par les sponsors. A noter qu'à l'occasion de l'inauguration officielle de la Saison russe, le ministre tchèque de la Culture Vitezslav Jandak a restitué à la partie russe un tableau du XIX siècle, « Tête de paysan, » du peintre russe Ivan Nikolaevitch Kramskoi, volé en Crimée par des soldats allemands pendant la guerre et devenu ensuite propriété de la galerie morave de Brno.