La Tchéquie à la loupe : déplacements et voyages

La République tchèque possède un réseau de plusieurs autoroutes.

Certaines autoroutes ne sont pas toujours en très bon état, notamment l’autoroute D1, qui relie Prague, Brno et Ostrava, les trois plus grandes villes du pays.

Conséquence de quoi, sa partie la plus ancienne, entre Prague et Brno, est souvent la cible de plaisanteries de la part des Tchèques eux-mêmes. D’importants travaux de rénovation sont toutefois menés depuis plusieurs années.

Photo: ŘSD ČR

En République tchèque, les autoroutes sont donc signalées par un D majuscule et un numéro. Les autres routes sont ensuite divisées en trois catégories. Les vignettes autoroutières ne peuvent désormais plus être achetées que par voie électronique. Pour les voitures dont le poids est inférieur à 3,5 tonnes, le prix d’une vignette annuelle est de 1 500 CZK (60 euros). Pour les vignettes d’une durée de validité mensuelle ou de 10 jours, les prix sont respectivement de 440 CZK (17,50 euros) et de 310 CZK (12,50 euros). Les voitures électriques et les conducteurs titulaires d’une carte dite « ZTP » ou « ZTP/P » (équivalent d’une carte mobilité inclusion pour les personnes handicapées) sont exemptés du péage autoroutier.

Le système de péage en République tchèque s’applique aux poids lourds et aux bus d’un poids supérieur à 3,5 tonnes. Pour eux, un péage est exigé également sur certains tronçons d’autoroutes et les routes de 1ère catégorie.

Photo: Lenka Žižková,  Radio Prague Int.

Un service de transports en commun est assuré dans plus de 100 villes en République tchèque. La forme la plus développée est le bus, avec le tramway ou le trolleybus dans les grandes villes, par exemple à Ostrava. Seule la capitale Prague est équipée du métro, dont le réseau est composé de trois lignes A, B et C. La construction d’une quatrième ligne est en projet.

Photo: Lenka Žižková,  Radio Prague Int.

Dans toutes les grandes villes du pays, des lignes de tramway fonctionnent la nuit, ce qui est peu fréquent dans d’autres pays. Les visiteurs étrangers font régulièrement l’éloge de la qualité des transports en commun Prague, plus concrètement de la clarté du système, de l’importante couverture de la ville et de leur ponctualité.

Photo: Krzysztof D.,  Flickr,  CC BY-NC 2.0

Pour ce qui est du train, le principal transporteur est la société České dráhy. Le réseau ferroviaire est assez étendu, mais certaines liaisons sont très longues. Il existe également des compagnies privées telles que RegioJet ou Leo Express, qui assurent toutefois principalement des liaisons entre les grandes villes. Depuis 2018, les étudiants de moins de 26 ans et les retraités de plus de 65 ans ont droit à une réduction de 75 % sur les tarifs du train et du bus. Le marché des bus longue distance est dominé par RegioJet et Flixbus.

Enfin, en ce qui concerne la reconnaissance des permis de conduire étrangers, les ressortissants des pays membres de l’Union européenne, de la Suisse, du Liechtenstein et de la Norvège sont soumis aux mêmes règles que les Tchèques.