La Tchéquie est l’un des pays de l’UE qui consacre le moins d’argent à la santé

Photo illustrative: Filip Jandourek, ČRo

La République tchèque est seulement dix-huitième au niveau européen pour ce qui est des dépenses dans le secteur de la santé. La part du budget qu’elle consacre à ce domaine a tendance à baisser alors même qu’avec le vieillissement de la population, la problématique va devenir de plus en plus sensible.

Photo illustrative: Filip Jandourek, ČRo
Tout cela ressort d’un rapport présenté en conférence de presse ce jeudi par l’Office tchèque des statistiques (ČSÚ). En 2010, la Tchéquie consacrait 8,6% de son produit intérieur brut (PIB) à la santé. Un pourcentage qui a progressivement baissé pour s’établir aux alentours de 7,8% en 2015. C’est largement moins que la moyenne européenne.

« La part des dépenses pour les soins de santé en République tchèque n’atteint pas la moyenne européenne, qui est de 9,9%. Nous dépassons légèrement des Etats voisins comme la Slovaquie, la Pologne ou la Hongrie. Dans les pays les plus avancés comme la France, l’Allemagne ou la Suède, c’est quelque chose comme 11%. A l’inverse, en bas de classement, on trouve les pays baltes avec 6% et la Roumanie avec 5% », a détaillé Vladimíra Kalnická, du ČSÚ.

Pour autant, dans le même temps, le volume des dépenses a tout de même augmenté, même modérément. Ainsi en 2010, la République tchèque dépensait près de 341 milliards de couronnes dans la santé, environ 12,9 milliards d’euros. Cinq ans plus tard, cette somme atteignait 354 milliards de couronnes, soit quelque 13,3 milliards d’euros.