La Tchéquie met en place une nouvelle politique des prix des médicaments

A partir du mois de novembre près de 3 000 médicaments devraient coûter moins chers dans les pharmacies tchèques. Quelle est la raison de cette baisse et celle-ci se répercutera-t-elle sur les patients ?

La baisse des prix d’un très grand nombre de médicaments en Tchéquie est le résultat du changement de système dans la politique des prix. Jusqu’à maintenant, c’était le ministère des Finances qui fixait les prix maximum des médicaments. Cette situation ne plaisait pas aux sociétés pharmaceutiques qui s’en sont plaintes à la Commission européenne. Cette dernière leur a donné gain de cause et a ordonné à la Tchéquie de changer le système qui donnait souvent cours à la corruption et n’était pas très transparent. A partir du mois de novembre, ce sera donc l’Institut national pour le contrôle des médicaments qui fixera les prix maximum que peuvent pratiquer les pharmaciens. Cet institut a déjà réalisé le contrôle des prix des médicaments et les a comparés aux prix pratiqués dans d’autres pays de l’Union européenne. Martin Beneš, directeur de l’Institut, nous explique de quelles catégories de médicaments il est question :

« La révision que l’institut a commencé vers la fin du mois de juin, et dont les résultats entreront en vigueur pour 1 500 produits, concerne toutes les catégories de médicaments. Il ne s’agit donc pas d’une catégorie thérapeutique spéciale, mais de tous les médicaments qui sont remboursés et dont les prix sont sous contrôle. »

D’après le ministre de la Santé, Tomáš Julínek, ce sont les patients atteints de maladies cancéreuses ou des voies respiratoires qui bénéficieront le plus de cette baisse. Il précise encore :

Tomáš Julínek, photo: CTK
« Je voudrais rappeler qu’il s’agit du changement que nous avions préparé dans le cadre de la réforme, qui avait été très critiqué par l’opposition, qui affirmait que nous allions augmenter les prix des médicaments. Nous avons démontré que c’est le contraire, que les patients vont économiser 1,6 milliard de couronnes, que certains médicaments seront remboursés à 100 % et que même les caisses d’assurance-maladie feront des économies. Ce sur quoi j’insiste, c’est que le système peut permettre de faire des économies à tout le monde. »

Ce changement signifie que les prix de près de 3 000 médicaments vont baisser, que les économies réalisées par les caisses d’assurance-maladie devraient être de l’ordre d’un milliard de couronnes et que 120 autres médicaments devaient encore coûter moins cher, car ils font actuellement l’objet d’une révision de l’Institut national pour le contrôle des médicaments. Pourtant, le président de l’Ordre des pharmaciens, Stanislav Havlíček, exprime quelques réserves : les prix des médicaments ne vont baisser que très lentement, car la diminution des prix de gros est applicable au 1er novembre, mais les pharmaciens devront d’abord vendre les produits qu’ils ont en stock.