La Tchéquie rencontre des problèmes dans l'utilisation des fonds européens

Dana Kuchtova

La République tchèque devrait bénéficier de 5 milliards d'euros de subventions des fonds européens par l'intermédiaire du ministère de l'Education. Il vient de s'avérer que cela cause certains problèmes à ce ministère, problèmes qui ont même ébranlé le fauteuil de la ministre, Dana Kuchtova.

Mirek Topolanek, photo: CTK
Le versement des subventions des fonds européens est menacé. En dernier lieu pour deux programmes : l'Education à la concurrence et la Recherche et le développement pour l'innovation. Il y a quelque temps, la ministre de l'Education, Dana Kuchtova, avait été avertie notamment par le Premier ministre, Mirek Topolanek, qu'elle pourrait être limogée. Michaela Sojdrova, experte pour l'éducation et issue du parti chrétien-démocrate au gouvernement, déclarait que les subventions européennes pour la recherche tchèque étaient menacées en raison du désordre qui règne au ministère de l'Education. La ministre a même été l'objet de la critique du président du Parti des Verts qu'elle représente au gouvernement, Martin Bursik. Il s'est avéré que la Commission européenne avait stoppé le processus d'adoption du premier programme et menacé de faire de même avec le second, si les projets présentés par le ministère de l'Education n'étaient pas corrigés.
Dana Kuchtova
La Commission européenne reproche à ce dernier d'avoir présenté un projet qui se recouvre avec celui du ministère de l'Industrie. Elle demande de corriger le projet du ministère. Cela a été finalement fait pendant le week-end dernier, avec la collaboration du Conseil gouvernemental pour la recherche et le développement, ce qui a sauvé, pour un temps, le poste de Dana Kuchtova qui explique les raisons des problèmes actuels :

« J'avais pris ma fonction depuis un mois seulement, quand on m'a fait savoir qu'un projet élaboré par le gouvernement précédent était envoyé à la Commission européenne et qu'il était pratiquement inutilisable. En un mois, je n'ai pas eu la possibilité de corriger ce projet et les informations que j'ai reçues étaient insuffisantes. »

Pourtant, un week-end a suffi pour mettre un nouveau projet sur pied, projet qui sera encore examiné par la société de conseil Pricewaterhouse Coopers, le ministère des Finances et enfin la Commission européenne. Les milliards attendus avec impatience par la sphère de la recherche en Tchéquie arriveront-ils ? Le Premier ministre, Mirek Topolanek, y veillera personnellement et n'a pas révoqué la ministre. Pour l'instant...