La Télévision tchèque sur le pied de guerre

r_2100x1400_radio_praha.png

La nomination du nouveau directeur général de la Télévision tchèque, deux chaînes publiques, a suscité un tollé de protestations de la part d'une grande partie des employés du plus important média tchèque. Informations par Alain Slivinsky.

Seulement huit jours après la révocation de l'ancien directeur, Dusan Chmelicek, le Conseil de la Télévision tchèque a nommé Jiri Hodac nouveau directeur de la télévision publique. Les médias s'interrogent sur la rapidité de cette nomination, les politiciens se déclarent surpris, agréablement ou désagréablement, une partie des employés de la télévision protestent énergiquement. Ces derniers sont jusqu'allés à créer un comité de crise et ont diffusé, mercredi soir, dans le cadre de l'émission « Evénements », le journal télévisé de la première chaîne, une déclaration de ce comité. Ils demandent l'annulation des résultats du concours qui a conduit au choix de Jiri Hodac, la création d'un conseil de spécialistes qui dirigerait, pour un certain temps, la Télévision tchèque, l'adoption rapide de la nouvelle loi sur la Télévision tchèque. Les protestations des employés sont pleinement soutenues par une initiative des artistes, des réalisateurs, des acteurs, qui a pris le nom de « La TV tchèque - une affaire publique ». Cette initiative demande surtout que le premier média public soit débarrassé de l'influence des partis politiques, qu'il accomplisse vraiment, et indépendamment, sa mission d'institution d'intérêt public. Que reproche-t-on donc au nouveau directeur général ? Il faut dire que, selon la presse tchèque, les reproches sont formulés surtout à l'égard du Conseil de la Télévision tchèque. Le choix du chef d'une entreprise qui compte plus de 3 000 employés a été trop rapide. Dix-huit heures, seulement, de consultations pour choisir parmi les six candidats sélectionnés. Le Conseil de la Télévision tchèque n'est pas formé de spécialistes en la matière. Les employés eux, surtout ceux des rédactions de l'information et des documents, sont effrayés. En effet, le nouveau directeur, Jiri Hodac, a déjà dirigé ces rédactions, pendant quatre mois. En août 2000, il a présenté sa démission. La pomme de discorde semble avoir été surtout un manque de compréhension entre le directeur et les rédacteurs. En sera-t-il autrement entre Jiri Hodac devenu directeur général et tous les employés de la Télévision ? Dans la presse, il est optimiste. Pas de projet spécial pour le développement futur de la télévision publique : ce n'était pas une condition du concours. Selon le directeur général, deux questions étaient importantes : la définition de la mission d'une télévision d'intérêt public et sa vision de l'organisation structurelle de la Télévision tchèque. D'après Jiri Hodac, le Conseil de la Télévision tchèque a retenu ses réponses et l'a choisi.