L'agence tchèque de développement « désormais un acteur international reconnu et établi »

Photo : Achives d'Agence tchèque de développement

L'Agence tchèque de développement (Česká rozvojová agentura ČRA ou Czech Aid) a été créée en 2008, sous la tutelle du ministère tchèque des Affaires étrangères, dans le but d'aider à éliminer la pauvreté dans le monde et de contribuer au développement durable. Douze ans après sa fondation, son actuel directeur Jan Slíva a répondu à quelques questions à commencer par celle des pays qui sont prioritaires aujourd’hui pour l’agence :

Photo : Achives d'Agence tchèque de développement

« Czech Aid est active dans six pays dits prioritaires, à savoir la Bosnie, le Cambodge, l’Éthiopie, la Géorgie, la Moldavie et la Zambie. Ce sont les pays prioritaires de la stratégie de coopération au développement de la République tchèque, une liste qui a été établie par le ministère tchèque des Affaires étrangères et qui est prévue jusqu'en 2023. Les pays ont été sélectionnés sur un certain nombre de critères. Premièrement, nous voulions couvrir à la fois les tranches de revenu faible et intermédiaire. Nous avons donc trois pays dits les moins avancés : le Cambodge, l'Éthiopie et la Zambie. Et trois pays à revenu intermédiaire : la Bosnie, la Géorgie et la Moldavie. Les autres critères sont la présence d'une ambassade tchèque dans le pays pour que notre projet puisse être facilement suivi, la nécessité d'une intervention des bailleurs de fonds, etc. »

Jan Slíva a évoqué le fonctionnement et certains des projets concrets de l’Agence :

Photo : Achives d'Agence tchèque de développement

« Nous sommes une agence qui proposent des subventions. Les plus grosses agences, comme l’Agence Française pour le Développement par exemple, utilisent également d’autres outils, tels que les prêts et la microfinance. Mais chez Czech Aid, nos outils sont assez simples et directs. Nous accordons des subventions aux promoteurs de projets pour mettre en œuvre nos idées de projet - c'est le principe de base. Désormais, nous nous concentrons sur différents secteurs dans chacun de nos pays d’opération en fonction des priorités des pays. Ainsi, par exemple en Éthiopie, nous nous concentrons sur l’accès à l’eau potable, sur le cycle dit «WASH», qui signifie eau, assainissement et hygiène. En outre, nous nous concentrons sur l'utilisation durable des ressources naturelles et sur l'éducation. En Moldavie, l'accent est mis sur l'eau potable, l'assainissement et les services sociaux. En Géorgie et au Cambodge, nous sommes actifs dans les secteurs sanitaire et social. »

Photo : Achives d'Agence tchèque de développement

La crise sanitaire a obligé Czech Aid à employer davantage de main d’œuvre dans les pays concernés, ce qui est une bonne chose, selon Jan Slíva qui se félicite des progrès réalisés depuis la création de l’Agence :

« Je dirais que le principal changement est que nous ne sommes plus une start-up. L'Agence existe depuis douze ans. Nous nous sommes développés et sommes devenus un donateur international établi et reconnu. Le plus important pour les années à venir sera d'intégrer l'aide tchèque aux projets européens. Nous souhaitons rejoindre Team Europe, un groupement informel d'agences de développement, de banques de développement et de la Commission européenne, et jouer un rôle majeur dans la mise en œuvre de projets européens. C'est donc quelque chose sur lequel nous allons nous concentrer dans les années à venir, et nous souhaitons que Czech Aid fasse partie intégrante de Team Europe. »