L'Allemagne a peur de l'énergie nucléaire tchèque

r_2100x1400_radio_praha.png

Les spécialistes tchèques en énergétique sont stupéfaits. Le ministre allemand de l'Environnement a demandé à la République tchèque de ne pas mettre en service la centrale nucléaire de Temelin, en Bohême du sud, qu'elle ne trouve pas absolument sûre. Magdalena Segertova.

"Le ministère de l'Environnement allemand laisse certaines questions concernant la sûreté de la centrale nucléaire de Temelin ouvertes", proclame son chef Jürgen Trittin. Une étude de spécialistes allemands aurait découvert des problèmes au niveau des soupapes de sûreté, de la distribution de l'eau et de la vapeur et, finalement, des batteries assurant l'approvisionnement en courant électrique en cas de sa coupure.

Jürgen Trittin vient donc de demander au Bureau tchèque de la sécurité nucléaire de refuser l'activation du combustible à Temelin avant que les experts tchèques et allemands ne se penchent tous ensemble sur les problèmes mentionnés. Les spécialistes tchèques en sont assez surpris, et ceci pour plusieurs raisons. Ils reprochent à leurs collègues allemands de mettre surtout l'accent sur les différences entre les normes tchèques et allemandes et de s'attacher aux détails techniques qui, dans l'ensemble, ne peuvent absolument pas mettre en doute la sûreté de la centrale. Quant à la rencontre des experts, elle est, depuis longtemps déjà, prévue pour le 5 septembre. D'ailleurs, le ministre de l'Environnement tchèque, Milos Kuzvart, a souligné son utilité et sa nécessité pour la République tchèque, candidate à l'Union européenne. Pour sa part, le ministère de l'Industrie tchèque se déclare prêt à répondre à toutes les remarques de nos voisins allemands.

Soulignons que la critique ne vient que du ministère de l'Environnement de Jürg Trittin, représentant des Verts allemands. Or le gouvernement de ce pays partage, selon la diplomatie tchèque, l'opinion de l'Agence internationale pour l'énergie nucléaire qui, elle, trouve la centrale de Temelin tout à fait sûre. Les autorités tchèques semblent donc garder leur calme. A Temelin, les essais se poursuivent et, comme annoncé par le porte-parole de la centrale, sa première section devrait être mise en marche au début de septembre.

Auteur: Magdalena Segertová
lancer la lecture