L’ambassade tchèque à Damas pourrait servir comme relais humanitaire de l’UE

Madaya, Syrie, photo: ČTK

Alors que la situation humanitaire en Syrie, en proie à la guerre civile depuis cinq ans, est plus que jamais dramatique, l’ambassade tchèque à Damas, dernière représentation diplomatique européenne sur place, pourrait devenir le distributeur exclusif de l’aide humanitaire en provenance de l’Union européenne destinée aux Syriens. C’est en tout cas ce qu’a demandé la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, au ministre tchèque des Affaires étrangères, Lubomír Zaorálek, lors de sa visite à Prague lundi.

Madaya, Syrie, photo: ČTK
« Au cours de nos discussions, la représentante de l’Union européenne Federica Mogherini a exprimé à plusieurs reprises souligné l’importance de notre ambassade à Damas. A l’heure actuelle, il est extrêmement difficile de pénétrer de quelque manière que ce soit en Syrie, or il y a aussi un besoin extrême d’aide humanitaire. Pendant cette rencontre est née l’idée d’utiliser notre représentation diplomatique pour faire entrer cette aide humanitaire en Syrie. C’est l’unique possibilité… Maintenant, nous discutons des conditions concrètes pour réaliser cette idée. De son côté, l’intérêt est clair, et du nôtre, nous avons aussi clairement affirmé notre volonté d’apporter notre aide. »

Le ministre des Affaires étrangères Lubomír Zaorálek s’est ainsi félicité de l’intérêt européen pour la présence diplomatique tchèque en Syrie, comme relais de l’aide humanitaire, plus que jamais nécessaire dans un pays où les besoins en nourriture et en aide médicale sont criants dans certaines régions, comme à Madaya, petite ville assiégée par le régime de Damas et ses alliés du Hezbollah libanais depuis juillet 2015.

A l’heure actuelle, la République tchèque est le seul pays membre de l’Union européenne à encore avoir une ambassade en service depuis l’éclatement de la guerre civile en Syrie. L’ambassade tchèque, dirigée par Eva Filipi, a été chargée de sonder les besoins et les possibilités d’aide dans les régions les plus frappées par le conflit. Elle supplée également la diplomatie américaine, représentant les intérêts des citoyens américains le cas échéant.

Lubomír Zaorálek, Federica Mogherini, photo: ČTK
Pour Lubomír Zaorálek, au bout de cinq ans de guerre sans issue entre les partisans de Bachar el-Assad et l’opposition syrienne, aujourd’hui largement dominée par les groupes islamistes, la vision de l’Union européenne sur la situation a largement évolué face à cette impasse :

« En Europe, il y a eu une prise de conscience du fait qu’on ne peut pas se permettre de répéter le scénario irakien. Là-bas, l’administration de l’ancien régime a été entièrement liquidée. Ce n’est qu’après coup, qu’on s’est rendu compte qu’il était, de ce fait, très difficile d’unifier le pays et de former un gouvernement inclusif qui parvienne à gérer l’ensemble du pays. Aujourd’hui, on se rend compte que s’il existe en Syrie une administration prête à nous aider, alors elle doit être intégrée au processus de résolution, il faut discuter avec ces gens qui peuvent éventuellement nous aider à acheminer l’aide d’urgence. Il y a un consensus plus grand au sein de l’UE sur le sujet et une plus grande volonté de compter sur ces structures. »

Sans jamais le citer nommément, Lubomír Zaorálek sous-entend que toute évolution de la situation en Syrie ne pourrait donc se faire sans une participation de Bachar el-Assad, en tout cas son administration. Face à la menace de l’Etat islamique, les opinions semblent avoir évolué, et le chef de la diplomatie tchèque se félicite qu’elles se rapprochent en partie de la position tchèque depuis le début du conflit, l’idée de l’ambassade tchèque à Damas comme relais humanitaire, venant, selon lui, confirmer cette approche.

Photo: ČTK
« D’une certaine façon, on voit là se concrétiser ce que nous disons depuis le début. Nous avons toujours affirmé que nous considérons impossible toute solution politique sans le concours de l’actuelle administration. Elle doit être un partenaire dans toutes les discussions. J’en ai d’ailleurs parlé avec Federica Mogherini et elle m’a assuré qu’un consensus sur le sujet existe aujourd’hui, au sein de l’UE. Les Vingt-huit sont prêts à adopter une position unique sur le sujet, que ce soit pour trouver une solution politique à la guerre en Syrie ou sur le rôle de l’UE à tenir. L’implication de l’ambassade tchèque à Damas en est une des preuves. »

Prochaine étape de ce projet de relais humanitaire via l’ambassade tchèque en Syrie : des discussions afin de concrétiser au plus vite l’initiative visant à soulager une partie de la population syrienne démunie.