L'anniversaire de la Charte 77

r_2100x1400_radio_praha.png

Il y a vingt-cinq ans, le 1er janvier 1977, le mouvement de dissidents dans l'ancienne Tchécoslovaquie, la Charte 77, a signé la Déclaration de la Charte 77. La signature de la Charte 77 a ouvert un nouveau chapitre dans l'histoire moderne de la Tchécoslovaquie. Astrid Hofmanova.

Face au régime normalisateur dans les années soixante-dix, la Charte 77 représentait une conscience démocratique et libre de la nation et une opposition permanente aux pratiques totalitaires. Ses signataires, parmi lesquels le dramaturge Vaclav Havel, le philosophe Jan Patocka, l'écrivain Ludvik Vaculik ou l'une des figures de proue du Printemps de Prague, en 1968, Zdenek Mlynar, ne demandaient au gouvernement d'alors que de respecter les articles de la Constitution relatifs aux libertés et aux droits fondamentaux de l'homme, dans les domaines de la libre pensée, de la religion ou du droit à l'enseignement. Tous ces principes ont été ancrés d'ailleurs dans la Déclaration finale d'Helsinki que la Tchécoslovaquie communiste avait signée en 1975. La Charte 77 n'avait pas d'ambitions politiques. Elle mettait l'accent sur les principes de responsabilité civique, de culture politique, de tolérance et de supériorité de la morale et des valeurs spirituelles sur la politique. Une politique « non politique » a donc été le pivot du programme de la Charte 77.

La réaction du pouvoir communiste à la publication de la Charte 77 a été immédiate. En dépit du fait que le texte du document n'a jamais pu être publié dans la presse tchécoslovaque, les puissants de l'époque ont organisé une campagne incendiaire dans les médias contre la Charte 77. Des milliers de lettres envoyées de tous les coins du pays par toutes les couches sociales donnaient l'impression que tout le monde protestait contre la Charte 77. Après ce «massage» médiatique, le parti communiste a organisé une assemblée solennelle au Théâtre national de Prague, le 28 janvier. Cette dernière a réuni des centaines d'artistes et d'intellectuels pour signer la proclamation «Pour de nouvelles activités créatrices au nom du socialisme et de la paix» qui est entrée dans l'histoire sous le nom d'Anticharte.

Mais revenons encore à la Charte 77. Novembre 1989 a marqué un tournant dans la vie de ses signataires qui avaient une part décisive à la chute du régime communiste. Plusieurs d'entre eux ont été élus au Parlement et Vaclav Havel fut porté à la tête de l'Etat. Dépourvue de sa raison d'être, la Charte 77 a cessé d'exister le 3 novembre 1992.

Auteur: Astrid Hofmanová
lancer la lecture