Le centre d’histoire visuelle Malach: 52 000 témoignages de survivants de la Shoah

r_2100x1400_radio_praha.png

Le centre d’histoire visuelle de l’Université Charles de Prague est depuis l'année dernière l’un des trois lieux, en Europe centrale, où l'on peut avoir accès aux archives de l’Institut de la Fondation pour la Shoah. Le siège de cet Institut se trouve à Los Angeles, à l’Université de Californie du sud.

'Liste de Schindler'
L’idée de recueillir autant de souvenirs personnels de la Shoah que possible pour qu’ils restent à la disposition des générations présentes et futures est née pendant le tournage de la Liste de Schindler du réalisateur américain Steven Spielberg. Combien de temps a-t-il fallu pour fonder une base de données unique comprenant près de 110 000 heures d’enregistrements audiovisuels ? Combien de souvenirs de rescapés de l’holocauste est-on parvenu à recueillir ? Jitka Drahokoupilová est la première coordinatrice du projet :

« Les débuts remontent à 1994. Grâce à Steven Spielberg et son film, il y a eu une vraie vague d’intérêt pour ces témoignages. C'est ainsi qu'est née la Fondation pour la Shoah. Dans un premier temps, des équipes de collaborateurs en Europe et dans le monde entier sont allées interviewer des survivants des camps nazis et des personnes persécutées pendant la guerre. Il s’est très vite avéré que ces témoignages constituaient un véritable trésor. On est alors passé à l’étape de leur traitement, à la division des interviews par sections et à l’indexation du matériel dans une sorte de thésaurus. Ce langage documentaire nous donne un instrument de recherche qui permet aux utilisateurs de visiter la base de données selon leurs choix en fonction des thèmes proposés. Si ce travail avait été fait manuellement, cela aurait pris des dizaines d’années, alors que de cette manière, cela n'a duré que 4 ans. Le thésaurus compte 55 000 termes. »

Avec son volume de données équivalent à 8 pétabits, ces archives de l’histoire visuelle sont l’une des premières bibliothèques numériques au monde. Combien d’interviews de survivants de la Shoah, dans quelles langues, peut-on entendre en ce moment à Prague, sous la forme d’enregistrements audiovisuels ?

Photo: http://college.usc.edu
« Le plus grand nombre de témoignages sont en anglais et en hébreu, à cause du déménagement d’un grand nombre de survivants en Israël et en Amérique du nord. Les souvenirs ont été recueillis en 32 langues et dans 56 pays du monde. Le nombre des personnes qui ont apporté leur témoignage approche le chiffre de 52 000. Chaque interview dure 2 heures en moyenne. Plus de 500 interviews sont en tchèque, et plus de 600 en slovaque. »

Le fait que les archives aient trouvé refuge dans les locaux du centre de linguistique appliquée et formelle de la faculté de mathématiques et de physique de l’Université Charles n’est pas dû au hasard, car ce centre a pris part à la documentation des témoignages recueillis. Son directeur, le professeur Jan Hajič a beaucoup oeuvré pour que Prague soit l’un des trois lieux d’accès en Europe centrale :

Jan Hajič
« Dans notre centre, on a directement accès à l’intégralité des vidéos et des interviews. Les témoignages tchèques sont disponibles immédiatement, pour les autres il faut patienter quelques secondes ou minutes avant qu’ils ne parviennent de Californie. Certains témoignages se répondent et se complètent, apportant de nouveaux faits inédits, d’autres sont beaucoup plus émotifs et pour certains visiteurs il est parfois difficile de les suivre du début à la fin. J’ai lu moi-même une série de témoignages lorsque j’ai travaillé avec ces données. Même si on cherche à garder une distance professionnelle, on ne peut pas rester insensible devant ces choses horribles et vraiment inimaginables aujourd’hui. »

Le plus grand nombre de ces témoignages, soit plus de 48 000, ce sont ceux des rescapés juifs de la Shoah, auxquels on peut rajouter les souvenirs de prisonniers politiques, ceux des victimes Sinti et Rom de l’Holocauste, des rescapés des expérimentations eugéniques et aussi les témoignages de personnes internées en raison de leur homosexualité. C’est le cas de Pierre Seel, l’un des 1 852 rescapés français de la Shoah dont les souvenirs ont été recueillis pour ces archives. Ma guide m’ouvre son témoignage pour que je puisse prendre des notes, car la reproduction des interviews n’est pour l’instant pas possible. Pierre Seel raconte qu'il a été déporté en mai 1941 par la Gestapo de Mulhouse au camp de redressement de Schirmeck. Après six mois de sévices, il a été incorporé dans la Wehrmacht pour lutter contre les Alliés. 40 ans plus tard, il est sorti du silence pour témoigner. Pierre Seel est décédé en 2005 et une rue a été baptisée en son nom à Toulouse.

A Prague, les archives de la Shoah ont été baptisées Malach. Jitka Drahokoupilová nous explique d’ou vient cette appellation.

Photo: http://college.usc.edu
« La première impulsion vient de la linguistique mathématique grâce à laquelle les témoignages ont été transmis dans leur forme audiovisuelle actuelle. Le programme s’appelle : Multilingual Acces to Large audio archives. Malach est donc l’abrégé de ce nom. Or Malach est aussi un mot hébraïque qui signifie ange, messager. Je considère cette appellation comme la plus pertinente en raison du message des souvenirs recueillis. »

Le projet Malach a pris fin en 2000 mais d’autres vont toutefois suivre :

Photo: http://college.usc.edu
« C’est une nouvelle tâche importante qui incombe à la Fondation pour la Shoah de l’Université de Californie du sud. Cet institut est conscient que le génocide des Juifs n’est pas une affaire du passé. De même, de très nombreux témoins des archives de la Shoah ont exprimé leurs craintes vis-à-vis d'une répétition de ce type d’idéologie prônant la haine, du mal et du racisme. Aujourd’hui, l’institut commence à faire de même avec les horreurs d’autres génocides. Ses collaborateurs parcourent de nouveau le monde pour recueillir des témoignages au Rwanda ou au Cambodge. »

Ces archives sont non seulement une collection de témoignages mais aussi une source d’informations uniques. Elles servent aux étudiants, aux chercheurs, aux enseignants. Elles sont consultées par des personnes qui y recherchent leurs proches et par celles qui souhaitent en apprendre plus sur cette étape de l’histoire. C’est un service mis à la disposition de tous. Les visites sont individuelles, sur demande. La faculté qui abrite ces archives a son siège à la place Malostranské náměstí, à côté de l’église Saint-Nicolas au pied du château de Prague.


Ce chapitre de l'histoire est une rediffusion de l'émission du 3/3/2010.