Le chômage est au plus bas depuis six ans

Photo: Filip Jandourek, ČRo

Le nombre de personnes sans emploi, 441 892 en septembre, n’a jamais été aussi faible en République tchèque depuis mars 2009. En baisse de 0,2 point par rapport au mois d’août, le taux de chômage s’est établi à 6% en septembre selon les chiffres publiés jeudi par le Bureau du travail de République tchèque, l’équivalent de Pôle emploi en France.

Photo: Filip Jandourek, ČRo
Sur un an, la baisse s’établit même à 1,3 point, puisque le chômage était de 7,3% au mois de septembre 2014. Selon des analystes économiques cités par l’agence de presse ČTK, le dynamisme du marché du travail s’explique non seulement par un effet saisonnier – la saison touristique par exemple se poursuit - mais également par la croissance positive de l’économie tchèque, qui a pour effet de créer des emplois.

Le mois de septembre est traditionnellement celui où les nouveaux diplômés s’inscrivent auprès du Bureau du travail. Leur nombre était de quelque 23 000, le plus faible de ces quatre dernières années. A l’inverse, il y avait près de 109 000 postes à pouvoir, un record depuis décembre 2008.

Kateřina Sadílková, du Bureau du travail, estime cependant que le chômage devrait stagner voire croître légèrement les mois à venir, essentiellement en raison de la fin de cet effet saisonnier, dans les travaux agricoles comme dans le tourisme, l’hôtellerie et la restauration.

Les régions tchèques ne sont pas toutes logées à la même enseigne. Si le chômage atteint des niveaux très faibles, moins de 4,5% des actifs, à Prague, dans la région de Plzeň et en Bohême du Sud, il reste élevé en Moravie-Silésie (8,4%) et dans la région d’Ústí nad Labem (9,1%), au nord de la Bohême, des territoires marqués par un fort secteur industriel.

Selon les chiffres du Bureau du travail, le chômage en République tchèque se situe depuis longtemps et significativement sous la moyenne européenne.