Le football tchèque a un nouveau chef

r_2100x1400_radio_praha.png

Une assemblée générale extraordinaire de l'Union de football tchéco-morave s'est réunie, dimanche à Prague, pour révoquer son chef, Frantisek Chvalovsky qui a occupé ce poste depuis dix ans : l'homme qui défraie la chronique, puisque accusé de fraudes. Il a été remplacé par l'ancien vice-président de l'Union, Jan Obst, 49 ans. Astrid Hofmanova.

Un combat entre les délégués tchèques et moraves, c'est ainsi que l'on pourrait caractériser l'atmosphère lors de l'élection du nouveau président de l'Union de football tchéco-morave. Par contre, presque tout le monde s'est mis d'accord sur la révocation de Frantisek Chvalovsky. Accusé de fraudes de crédit, dont le montant est estimé à des centaines de millions de couronnes, ce dernier est en état d'arrestation. Son avocat, Karel Brückler, a voulu que les délégués reviennent sur leur décision qui, selon lui, risque d'être un mauvais signal pour l'UEFA et la FIFA, mais en vain.

Le nouvel homme à la tête du football tchèque s'appelle Jan Obst. Il a obtenu un mandat de quatre ans. Et quels étaient les premiers mots du nouveau président? « Pas de changement révolutionnaire au sein de l'Union. » Bien au contraire, Obst veut mener à bien les projets de son prédécesseur. « Le football doit devenir un phénomène digne de confiance pour convaincre les sponsors des avantages de leurs investissements dans ce sport », dit-il. Jan Obst a promis aussi de remettre à l'ordre du jour la question de la construction d'un stade national.

Auteur: Astrid Hofmanová
lancer la lecture