Le mécène Rainer Kreissl a donné à Prague sa collection d'art africain

r_2100x1400_radio_praha.png

Une exposition inédite et unique en son genre en Europe sera inaugurée, le 6 juin, au Belvédère du château de Prague: il s'agit d'une collection d'art africain, offerte à l'Etat tchèque par le collectionneur tchéco-allemand, Rainer Kreissl. Le commissaire de l'exposition, Ladislav Kesner, au micro de Jarka Gissubelova:

La collection de sculptures africaines offerte par Rainer Kreissl représente l'un des plus importants dons de mécènes jamais offert à l'Etat tchèque. Elle contient presque 700 objets, depuis les sculptures figuratives de dimensions monumentales, jusqu'aux objets de cultes - reliquaires, masques, et les objets d'art décoratif. Pratiquement toutes les régions et ethnies d'Afrique centrale y sont représentées, notamment celles du Cameroun et du Congo. La collection offerte par Kraissl est tout à fait unique pour plusieurs raisons. D'abord par son étendue - elle naissait au cours de 40 ans, ensuite par son caractère complexe et inédit. La collection deviendra une nouvelle exposition permanente de l'administration du Château de Prague. Son installation dans les locaux Renaissance au Pavillon de plaisance - Belvédère, sous le patronage du Président Vaclav Havel, est la marque de reconnaissance pour ce don. Il y a encore une autre raison pour laquelle l'exposition d'art africain est tout à fait unique - la personnalité de son donateur. Reiner Kreissl est né en 1924 en Tchécoslovaquie, dans la région des anciennes Sudètes. En 1963, il est parti en exil, à Munich où il a dirigé la maison de vente aux enchères, Weinmüller-Neumeister. Son rapport envers le pays où il était né, il l'a manifesté par ses donations généreuses. Il y a 8 ans, il a fait don à la République tchèque de sa collection de 1230 tapis d'Anatolie, qui est la plus grande en son genre dans le monde. La Galerie nationale de Zbraslav abrite sa collection d'art d'Asie. Mais son mécénat ne s'est pas arrêté là. En novembre 2000, il a décidé d'offrir sa dernière collection, la plus chérie, d'art africain, à la ville qu'il aime le plus au monde, Prague. Reiner Kreissl l'a fait, nous citons: "Par amour de mon pays natal et par estime pour ma grand-mère tchèque, je fais ce don à toute l'humanité, en le plaçant sous la protection de la Tchéquie. Le destin m'a permis de réunir une telle collection, ce qui ne signifie pas qu'elle n'appartient qu'à moi. Rien dans le monde ne nous appartient, pas même le plus grand amour..."