Le permis de conduire à points a fait ses preuves mais il a aussi ses critiques

Photo: CTK

Le nouveau code de la route en vigueur depuis le 1er juillet a eu une répercussion positive immédiate sur la sécurité routière. Il n'empêche qu'il reste la cible de critiques.

Photo: CTK
Le nouveau code de la route instaurant le système de permis à points a fait ses preuves dès les premières heures de son application : le premier week-end des vacances figurant comme le plus tragique dans les statistiques des 10 dernières années, a été la plus tranquille, cette année, sur les routes tchèques : le nombre d'accidents a baissé - à titre d'illustration de 59%, dimanche, à Prague, et deux personnes seulement sont mortes, alors que l'année écoulée, le premier week-end de juillet avait fait 12 morts. Cela était d'ailleurs le premier objectif du nouveau code de la route, car, comparé à l'Europe occidentale, le nombre d'accidents en République tchèque reste trop élevé et le comportement de certains chauffeurs intolérable.

La loi renforce les compétences de la police, surtout celles de la police municipale, qui est autorisée à saisir sur place le permis de conduire pour les infractions graves, dont la conduite en état d'ébriété. Les différentes infractions sont passibles d'amende et de perte de points. En cas de perte de 12 points, soit un total dont chaque automobiliste dispose, le permis de conduire est retiré pour une année. Si l'excès de vitesse a été l'infraction la plus souvent commise par les chauffeurs tchèques, le week-end écoulé, la cinquantaine a été respectée dans les communes et les chauffeurs ont roulé avec prudence, se félicitent les policiers.

Jiri Paroubek, photo: CTK
Le nouveau système du permis à points fait toutefois l'objet de nombreuses critiques. Le Parti civique démocrate avait déjà annoncé son intention de le modifier au plus tard un an après son entrée en vigueur. Dimanche dernier, c'était au tour du Premier ministre sortant Jiri Paroubek qui, dans un débat télévisé, a qualifié la loi de trop sévère et proposé une amnistie de trois mois sur les peines, en attendant un amendement :

« Les opinions sur le nouveau code de la route divergent, au sein du cabinet, néanmoins, les ministres des Transports et de l'Intérieur ont été chargés de proposer d'ici à la semaine prochaine des modifications. »

Le ministre des Transports Milan Simonovsky, ainsi que son collègue de l'Intérieur Frantisek Bublan ne voient, eux, aucune raison de modifier la nouvelle norme. Ils proposent de lui laisser plus de temps pour qu'elle fasse ses preuves dans la pratique.