Le programme universitaire entre Olomouc et Lille 3 a plus de dix ans

r_2100x1400_radio_praha.png

Direction Olomouc maintenant, pas pour revenir sur les inondations qui ont provoqué beaucoup de dégâts dernièrement dans cette ville de Moravie centrale, mais pour parler d'un programme d'échange universitaire mis en place au lendemain de la révolution de velours. Un programme entre les universités d'Olomouc et de Lille en France initié par Ilios Yannakakis, professeur en sciences politiques. Il revient sur l'histoire de ce projet au micro de Radio Prague

« En 1990, tout le monde voulait naturellement nouer des liens avec l'Université Charles. Or moi j'ai fait mes études à Olomouc et j'y ai commencé à enseigner. J'ai cogité un programme qui consiste à enseigner aux Tchèques parallèlement un double cursus sciences politiques - droit - économie, qui aboutirait dans un premier temps à un 'bakalarske studium' - une licence de trois ans. »

« Ce programme a été présenté à l'attaché culturel de l'époque qui a accepté de lancer une coopération entre le ministère et un accord entre l'université de Lille où j'enseigne et l'université d'Olomouc. Ce programme dure et a pris de l'ampleur, indépendamment du ministère français des Affaires étrangères, qui finance quand même nos déplacements. Nous venons maintenant à quatre professeurs de Lille, puisque nous avons développé l'enseignement de la gestion. Ce programme a un succès énorme et attire beaucoup d'étudiants francophones, car l'enseignement se passe en français. »

« Avant même d'avoir terminé, ces étudiants ont du boulot. Et pas un petit boulot : ils ont des postes de responsabilité dans les grandes entreprises, que ce soit dans les entreprises françaises comme Renault, ou tchèques qui travaillent avec la France. En même temps il faut dire que les étudiants tchèques, contrairement à nos étudiants qui sont d'une paresse intellectuelle à mourir - on le voit aujourd'hui : des gens qui rêvent de vacances - les étudiants tchèques font plusieurs diplômes pour réussir davantage dans leur vie. Parce qu'ils cherchent la mobilité, l'entrée dans une entreprise, acquérir une expérience, grimper, ils sont dans une dynamique extraordinaire. Et je parle avec des étudiants tchèques qui ne comprennent pas nos étudiants français, qui pensent déjà à la retraite. Et je le dis en tant qu'enseignant, sachant très bien qu'ils peuvent faire la grève pendant deux mois et de toutes façons ils auront leur dipôme, donc des diplômes dévalorisés. C'est la grande récréation - pourquoi pas ? »

Revenons aux étudiants d'Olomouc, est-ce que vous leur offrez des semestres à Lille ?

« Naturellement, avec des diplômes à double-direction, et des stages. La plupart de ces étudiants se sont retrouvés à Lille pour six mois ou un an selon la bourse. Et il faut dire qu'ils se retrouvent parmi les meilleurs étudiants à Lille. Ils bossent ! Ils ont envie d'acquérir du savoir. »

http://www.eaf.upol.cz/fr1.html