Le renflouement des banques

r_2100x1400_radio_praha.png

L'Etat tchèque continue de renflouer les banques en difficultés pour en permettre la privatisation. La partie que le citoyen tchèque devrait payer en conséquence de la mauvaise gestion de la Caisse d'épargne commence à se préciser. Ladislav Reznicek, chef de la Konsolidacni banka, (banque de consolidation), organisme public chargé du renflouement des instituts financiers en difficulté, a déclaré que les 33 milliards de couronnes (6 milliards de FF), injectés dans la Caisse d'épargne, l'an dernier, pour permettre sa privatisation au profit de la banque autrichienne Erste Bank, ne représentent pas les ultimes subsides que la Caisse d'épargne recevra de l'Etat. Cette année encore la Banque de consolidation prendra pour son compte quelque 10 milliards de couronnes d'autres mauvaises créances que l'Etat a garanti lors de la vente de la Caissed'épargne.

A la question de savoir combien coûterait au citoyen tchèque ce renflouement du secteur bancaire qui n'en finit pas, le quotidien Lidove noviny apporte deux réponses dans un encadré en première page : Pour la protection de la Caisse d'épargne, chaque citoyen paye 4360 couronnes (soit l'équivalent de 790 FF) et pour la protection des banques tchèques : 40.000 couronnes (l'équivalent de 7000 FF).

Auteur: Omar Mounir
lancer la lecture