Le Sparta en crise, le Slavia la tête à l’Europe

Photo: CTK

La large victoire (4-1) du Slavia sur le terrain du Sparta dans le traditionnel derby pragois, lundi, ne pouvait pas rester sans conséquences. Mardi, l’entraîneur du Sparta a démissionné. Une atmosphère de crise qui contraste avec l’euphorie qui règne dans le camp adverse, le Slavia profitant de son côté dans le même temps du tirage au sort de la composition des groupes de la Coupe de l’UEFA.

Vítězslav Lavička, photo: CTK
La saison dernière, le Sparta s’était incliné à domicile contre son grand rival du Slavia (0-2) pour la première fois depuis quatorze ans. Lundi, en perdant avec trois buts d’écart, le Sparta a fait pire encore en subissant devant son difficile et versatile public sa plus lourde défaite dans l’histoire moderne du derby pragois. Un affront qui a couronné une semaine catastrophique pour le plus prestigieux et le plus riche des clubs tchèques. Car non seulement le Sparta ne s’est pas qualifié pour la Ligue des champions pour la troisième saison consécutive, une absence parmi le gratin européen qui plombe les finances d’un club dont le budget annuel est estimé à un peu plus de 12 millions d’euros, mais il ne participera même pas à la phase de groupes de la Coupe de l’UEFA, éliminé jeudi dernier par les Croates du Dinamo Zagreb (0-0, 3-3).
Jozef Chovanec, photo: CTK
C’est donc un euphémisme d’affirmer que les dents grincent dans les rangs des supporters comme des dirigeants. Dans cette ambiance délétère, l’entraîneur Vítězslav Lavička, en place seulement depuis cet été, a préféré démissionner, mardi, remplacé dans la foulée par une légende du club, Jozef Chovanec. Preuve de l’instabilité sportive chronique qui règne au club, ce dernier est ainsi devenu le sixième entraîneur à prendre place sur le banc du Sparta en l’espace de quatre ans.

Tous ces soucis ne sont bien entendu pas ceux du voisin. Vainqueur du derby, le Slavia et ses deux Français, Mickaël Tavares et Tijani Belaïd particulièrement brillants lundi, ont retrouvé leur place de leader du championnat tchèque, avec deux points d’avance sur Mladá Boleslav, où évoluent également les Français Noël-Alexandre Mendy et Ludovic Sylvestre, et cinq sur le Sparta.

Karel Jarolím
Par ailleurs, le champion en titre reste le seul club tchèque encore en lice sur la scène européenne. Mardi, le tirage au sort des groupes de la Coupe de l’UEFA lui a désigné pour adversaires les Allemands de Hambourg, les Néerlandais de l’Ajax Amsterdam, les Anglais d’Aston Villa et le Slovaques de Žilina. Une composition de groupe qui a satisfait les joueurs ainsi que l’entraîneur des Rouges et Blancs, Karel Jarolím :

Photo: CTK
« Nous avons déjà fait preuve de notre force à domicile et nous allons nous efforcer de ramener un résultat de nos deux déplacements. Nous allons aborder ce groupe avec la ferme intention de nous qualifier. Nous sommes en forme en ce moment, j’espère que ça se confirmera lors de ces matchs européens que nous aborderons en étant confiants en nos moyens. »

Le Slavia fera son entrée dans la compétition avec la réception d’Aston Villa, le 6 novembre. Le public pragois aura également l’occasion d’assister à un duel piquant, début décembre, contre Hambourg, l’actuel leader de la Bundesliga dont le capitaine est l’international tchèque David Jarolím, fils de l’entraîneur du Slavia.