Les aéroports internationaux tchèques vont entrer dans l’espace Schengen

L'aéroport de Prague Ruzyně, photo: CTK

C’est dans la nuit du 29 au 30 mars que la République tchèque fera entièrement partie de l’espace Schengen où les frontières entre Etats n’existent plus. Les frontières terrestres sont tombées au mois de décembre 2007 et fin mars ce sont les frontières aériennes qui seront abolies. Qu’est-ce que cela signifie pour les aéroports tchèques et les voyageurs.

L'aéroport de Prague Ruzyně, photo: CTK
La République tchèque occupe une position spécifique dans le cadre de l’Union européenne : elle n’est entourée que de pays qui sont membres de l’Union et de l’espace Schengen, sauf en ce qui concerne les aéroports internationaux. Ces derniers sont les seuls points de contact avec le monde « hors Schengen ». Sur 20 aéroports internationaux, seulement 14 pourront recevoir des ressortissants de pays qui ne font pas partie de la Convention de Schengen. Pour cela, ils ont reçu un certificat approprié. Les six autres devront se contenter des « citoyens » de Schengen. Cinq des aéroports qui disposeront du certificat mentionné sont ceux qui reçoivent le plus de vols de pays en dehors de Schengen, dont celui de Prague Ruzyně par exemple, et seront en fait divisés en « terminaux Schengen » et « terminaux hors Schengen ». Dans les neuf autres aéroports qui déserviront les vols internationaux, il sera fait en sorte que les vols des pays de l’espace Schengen ne se croisent pas avec ceux des pays qui n’en font pas partie, même au prix de modificationx dans les horaires. Pour cette dernière raison, les aéroports internationaux tchèques ont intégré l’espace Schengen plus tard que les passages terrestres. Le vice-directeur de la Police d’immigration, Vladislav Husák explique ce qui changera:

L'aéroport de Prague Ruzyně, photo: CTK
« Dans la partie Schengen, ce sera comme quand vous allez de Prague à Munich en voiture, donc sans aucun contrôle de documents d’identification. Ce sera donc comme cela à l’aéroport de Prague Ruzyně, par exemple, vous ne serez pas contrôlé par la police de la République tchèque. Ce qui ne changera pas ce sera le contrôle de la sécurité, mais cela n’est pas du ressort de la police tchèque, mais de l’administration de l’aéroport ou d’autres institutions. »

Ajoutons que l’aéroport de Prague Ruzyně sera divisé en deux parties : le terminal 1 pour les vols internationaux en dehors de Schengen, le terminal 2 pour les vols Schengen. Rappelons que l’espace Schengen compte 24 pays dans lesquels on peut voyager sans contrôle, et qu’il s’étend sur plus de 4000 kilomètres du Portugal à l’Estonie.