Les « espoirs » tchèques au Jeux Olympiques de Londres (I)

Londres, photo: CTK

Le coup d’envoi du plus grand événement sportif de la planète doit être donné ce vendredi à Londres pour la troisième fois après 1908 et 1948. Les préparatifs terminés, la capitale britannique attend avec impatience l’arrivée des délégations nationales. La République tchèque participera aux cinquièmes JO d’été de son histoire après la scission de la Tchécoslovaquie. Après 134 représentants à Pékin en 2008, elle envoie cette fois un athlète de moins. La délégation de 133 athlètes motivés, y compris le tout jeune nageur Jan Micka, 17 ans, invité à la dernière minute, combattra dans dix-neuf sports olympiques sur les vingt-six représentés à Londres. Qui sont parmi eux les plus grands espoirs tchèques pour les médailles olympiques ?

Londres, photo: CTK
Même si le nombre de médaillés tchèques ne cesse de baisser depuis la première performance olympique du pays à Atlanta en 1996 avec onze victoires, suivies par huit médailles à Sydney et Athènes pour tomber à six (mais trois d’or) à Pékin, ce n’est sûrement pas le manque de sportifs d’élite qui l’explique, mais plutôt une concurrence toujours croissante dans le sport professionnel sans oublier, bien sûr, la chance. A Londres, le Président du Comité olympique tchèque, Milan Jirásek espère que les sportifs tchèques vont gagner cette année le même nombre de médailles qu’en 2008 :

Milan Jirásek
« S’il y avait six médailles, je pourrais dire que nous serons très contents. Nous en avons remporté six la dernière fois et les performances sportives vont toujours de plus en plus loin. »

Six médailles à Londres, un pronostic qui semble réaliste, même si cette estimation n’est qu’une parmi tant d’autres.

Tout le monde attend au moins deux médailles en aviron. Miroslava Knapková, championne du monde 2011 et Ondřej Synek, champion du monde en 2010 et médaillé d’argent de Pékin, arrivent à Londres avec l’auréole des favoris.

« Je pense qu’il est surtout important de prendre conscience que tous les coureurs veulent obtenir aux JO un super résultat, donc il faut y aller avec cette pensée et se préparer à une compétition très difficile et équilibrée. Six ou sept candidates peuvent prétendre au podium. »

Miroslava Knapková et Ondřej Synek, photo: CTK
…témoigne Miroslava Knapková, cinquième il y a quatre ans. Ondřej Synek affirme qu’un aspect décisif reste le sommeil pendant la nuit avant la finale. Selon les experts, la médaille d’or reviendra au Tchèque ou bien à son plus grand rival, le Néo-Zélandais Mahe Drysdale. Cependant tous les skiffeurs devront faire face à l’éventuel vent désagréable du canal d’Eton Dorney qui n’est pas couvert par des arbres.

Le détenteur du record mondial du javelot et triple champion olympique Jan Železný peut espérer trouver des successeurs parmi ses ‘élèves’. Vítězslav Veselý possède la meilleure performance de l’année avec un lancée de 88,61 mètres et le titre de champion d’Europe. Barbora Špotáková, elle, devra défendre son titre de Pékin : elle a décidé de ne pas participer aux championnats d’Europe à Helsinki et de consacrer tous ses efforts à la préparation de Londres où elle espère réussir un lancer au-delà de 70 mètres. De plus, les deux sont en tête du classement général de la Ligue de diamant et donc les grands favoris. Au total 31 athlètes tchèques se sont qualifiés pour Londres, l’athlétisme étant comme d’habitude le sport le plus représenté, mais la concurrence sera cette fois beaucoup plus grande qu’au championnat continental il y a un mois. František Fojt, président de la Fédération tchèque de l’athlétisme :

« Nous comptons sur la participation d’une trentaine d’athlètes ; si je regarde les derniers JO, il y avait 29 représentants, donc je pense que le nombre final est optimal. Chaque médaille aux Jeux olympiques sera un grand succès et je crois qu’avec 31 hommes et femmes, deux ou trois médailles seraient une vraie réussite. »

Kateřina Emmons, photo: CTK
Depuis les JO de 1988 les tireurs tchèques ont toujours remporté au moins une médaille. A Londres, Kateřina Emmons (carabine à 10m air comprimé) et David Kostelecký (trap) aimeraient renouer avec leurs médailles d’or de Pékin et ils ont toutes leurs chances. Forte de ses succès lors de la Coupe du Monde de cette année, Lenka Marušková au pistolet, déjà décorée par l’argent d’Athènes, est également devenue candidate au podium. Kateřina Kůrková-Emmons, quant à elle, pourrait gagner à Londres sa quatrième médaille olympique. Or, l’épouse du tireur d’élite et représentante américaine Matt Emmons reste modeste :

« Faire du mieux que je peux, c’est mon seul but. Je suis très prudente quand il s’agit de parler de médailles, mais je me réjouis du fait que je suis capable d’en gagner. »

Suite et fin de ce sujet sportif sur les espoirs tchèques aux JO de Londres, dans une prochaine édition des Faits et Evénements.