Les hôtels tchèques face à la crise

Photo: Engin Akyurt, Pixabay / CC0

Un tiers des hôtels pragois restent fermés suite à la crise de coronavirus. Ceux qui ont ouvert leurs portes sont confrontés à une baisse de fréquentation sans précédent : seuls 9% des chambres ont été occupés au mois de juin.

Au mois de juin, l’hôtel pragois Grand Hotel Bohemia a été à moitié complet. La situation s’est améliorée en juillet, selon le directeur de l’établissement Petr Beránek. Pour cette saison 2020, la clientèle sera essentiellement tchèque, mais Petr Beránek se réjouit également du retour de clients étrangers :

« Nous accueillons essentiellement des touristes originaires des pays voisins, pour lesquels la République tchèque est facilement accessible en voiture. Donc c’est la clientèle allemande, slovaque, autrichienne et aussi polonaise, même si cette dernière est plutôt minoritaire. »

Toutefois, Grand Hotel Bohemia fait plutôt exception, selon le président de l’Association des hôtels et restaurants de République tchèque Václav Stárek, la plupart des établissements font face à l’absence de réservations : « A Prague, le taux d’occupation a été de 9% au mois de juin. La situation est similaire dans les autres grandes villes tchèques, à Plzeň, Ostrava ou Brno », précise Václav Stárek.

Une situation qui, selon lui, a contraint plusieurs hôtels et restaurants pragois de baisser les prix. Il en est autrement en province, où la clientèle est plus nombreuse qu’à Prague, notamment dans les régions touristiques de la Šumava, des Monts des Géants ou de la Moravie du Sud. Par ailleurs, 60% des Tchèques ont décidé de rester en République tchèque cet été.