Les mesures de sécurité en République tchèque

r_2100x1400_radio_praha.png

L'offensive terroriste aux Etats-Unis a été suivie, en République tchèque, d'une série de mesures de sécurité. Vaclav Richter.

Le Conseil de sécurité de République tchèque s'est réuni dans la matinée de ce mercredi à Prague. Ont assisté à la réunion le Président Vaclav Havel, les présidents des deux chambres du Parlement et plusieurs ministres. Le vice-premier ministre, Vladimir Spidla, remplaçait le chef du gouvernement, Milos Zeman, souffrant d'une colique rénale et hospitalisé. Selon Vladimir Spidla, les autorités tchèques sont en contact permanent avec les alliés de l'OTAN. On a procédé à une analyse des conséquences des attaques terroristes pour la République tchèque. L'armée et la police tchèque sont en état d'alerte. La situation aux Etats-Unis et ses conséquences ont fait également l'objet des travaux de la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des députés.

"Nous visons surtout les endroits où l'on pourraient craindre d'éventuelles agressions terroristes, c'est à dire ambassades, édifices publics, postes frontière, aéroports. Nous coopérons avec l'armée pour assurer le contrôle de l'espace aérien", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Stanislav Gross. Ces mesures ont été prises bien que la République tchèque ne soit pas exposée, à en croire le ministre, à un danger terroriste imminent. Une attention spéciale est prêtée aux ambassades des Etats-Unis et d'Israël, qui ont été fermées au public, mais aussi au bâtiment de la station de radio Europe libre. On suit de près également les centrales nucléaires de Dukovany et de Temelin. La centrale de Temelin a été mise hors service, celle de Dukovany travaille normalement, mais en cas de danger, ses réacteurs pourraient être arrêtés en 13 secondes. Mardi, on a fermé également le Château de Prague et on a renforcé les services de sécurité qui protègent les dirigeants tchèques. La catastrophe américaine a marqué dans une certaine mesure aussi le trafic aérien en République tchèque. Mardi, un avion en destination de New York de la compagnie aérienne tchèque, CSA, a été obligé de retourner à Prague après trois heures de vol, car les Etats-Unis avaient suspendu complètement le trafic aérien au-dessus de leur territoire. On a annulé également le vol régulier à New York de ce mercredi ainsi que tous les vols à destination de Tel Aviv. Dans plusieurs écoles tchèques, les instituteurs ont modifié le programme des cours pour pouvoir discuter avec leurs élèves sur les causes et les conséquences de la catastrophe.