Les militants écologistes autrichiens se mobilisent contre la centrale de Temelin

Temelin

La visite du chancelier autrichien Alfred Gusenbauer en République tchèque, ce mardi, était l'occasion pour les écologistes autrichiens d'intensifier leurs efforts en vue de l'arrêt de la centrale nucléaire de Temelin, en Bohême du Sud.

En 2000, la Tchéquie et l'Autriche ont signé le protocole de Melk par lequel les deux pays se sont mis d'accord pour contrôler minutieusement la sécurité de la centrale et pour évaluer son incidence sur l'environnement. Aujourd'hui, les militants autrichiens accusent la République tchèque de ne pas respecter le protocole. En décembre dernier, déjà, le Parlement autrichien avait appelé le gouvernement fédéral à porter plainte contre la Tchéquie. Le cabinet de coalition de la social-démocratie et du Parti chrétien-démocrate, formé au début de cette année par Alfred Gusenbauer, s'est engagé dans son programme d'action à oeuvrer pour la mise hors service de la centrale.

Photo: CTK
Du côté tchèque, le gouvernement de centre-droit de Mirek Topolanek, au sein duquel le Parti des Verts joue un rôle non négligeable, s'est engagé à ne pas planifier ni soutenir la construction de nouveaux blocs dans les deux centrales nucléaires existantes, sans renoncer pour autant à l'énergie nucléaire. Selon le ministre de l'Environnement, Martin Bursik, il s'agit là d'un gouvernement réaliste qui considère l'existence de la centrale de Temelin comme un fait sans négliger certains problèmes, dont les pannes relativement fréquentes. Le gouvernement est donc prêt à discuter des problèmes concrets et notamment des mesures pour améliorer la sécurité de la centrale. Le ministre tchèque des Affaires étrangères, Karel Schwarzenberg, a formulé en ces termes l'attitude de la diplomatie tchèque face à une éventuelle pression autrichienne :

« Nous avons réalisé le protocole de Melk, nous avons honoré tous nos engagements. Nous ne comprenons donc pas les manifestations et les activités de ce genre en Autriche. Nous espérons qu'on signera finalement l'accord d'information entre les deux parties. Je crois que ce serait un pas positif pour parvenir à la compréhension mutuelle. »

Connaissant bien la situation en Autriche, le ministre situe les initiatives des militants contre la centrale de Temelin dans un contexte politique plus large :

Alfred Gusenbauer avec Mirek Topolanek, photo: CTK
"L'attitude négative vis-à-vis du nucléaire est une constante pour l'Autriche depuis le moment où les Autrichiens ont décidé dans un référendum de ne pas construire de centrales nucléaires dans leur pays. Je dirais même que c'est un dogme de la politique autrichienne. Et nous ne pouvons pas changer grand-chose à cette situation. Les dernières évolutions en Europe laissent entendre cependant qu'on pourrait parvenir un jour, peut-être, à un changement. Les opinions sont donc différentes. Je respecte l'attitude autrichienne, mais nous avons notre propre opinion sur ce problème. »

Cependant, les militants autrichiens ne sont pas prêts à reculer. Ils ont appelé le chancelier Gusenbauer à tenir ses promesses électorales et à ouvrir la procédure contre la République tchèque. Ils considèrent la visite du chancelier à Prague comme une bonne occasion pour cette initiative. Si le chancelier ne donne pas suite à leurs revendications, ils envisagent de bloquer, ce mercredi, trois passages frontaliers tchéco-autrichiens.