Les ponts tchèques sont-ils en bon état ?

Tragédie au Minnesota, photo: CTK

Les médias tchèques se sont, naturellement, très intéressés à la tragédie qui a touché le Minnesota, aux Etats-Unis, où un grand pont s'est effondré. Cet accident a tout de suite provoqué la question : est-ce que les ponts en République tchèque sont en bon état et peut-on y circuler en toute sécurité ?

Tragédie au Minnesota, photo: CTK
Comme le titre le quotidien national Pravo, en seconde page, la réponse est non. Les spécialistes tirent le signal d'alarme et affirment que l'état des ponts tchèques est critique. D'après eux, 2 000 ponts tchèques au minimum (dans les 7 % du total) ont besoin de réparations ou d'une reconstruction urgente ! Il faut préciser que sur le nombre total de 16 700 ponts en Tchéquie, seulement 4 200 sont entretenus par l'Etat, concrêtement par la Direction des routes et autoroutes. Les ponts des routes secondaires sont du ressort des municipalités. Le problème est que la Direction des routes et autoroutes ne disposent pas des moyens financiers nécessaires pour la reconstruction des ponts en mauvais état. Le porte-parole de cette entreprise publique, Jan Horeni, précise le montant des frais qu'il faudrait engager :

Photo: CTK
« Pour que les 7 % de ponts en mauvais état répondent aux normes, il faudrait investir pendant les cinq années à venir, 2,2 milliards de couronnes par an. Ce ne sont que nos estimations, mais sur cette période de cinq ans, c'est une somme énorme de 11 milliards de couronnes. »

Il y a deux ans déjà, les spécialistes dans la construction des ponts ont envoyé une pétition à la commission de la Chambre des députés. Ils y mettaient en garde contre le très mauvais état d'un grand nombre de ponts aussi bien routiers que de chemin de fer. D'après le spécialiste, Frantisek Mensik, la réponse a été qu'il fallait résoudre le problème d'une manière systématique. Cette année, en mars, ces mêmes spécialistes se sont adressés aux deux chambres du Parlement et au gouvernement, en posant la question urgente de la réalisation d'une solution systématique. Ils n'ont pas encore reçu de réponse. Cette dernière est en cours d'élaboration au ministère des Transports. Une tragédie semblable à celle qui s'est produit aux Etats-Unis peut-elle avoir lieu en Tchéquie ? D'après Vaclav Mach, de l'Ordre des ingénieurs assermentés, elle est peu probable sur les ponts des autoroutes et des nationales.

Par contre, sur les routes secondaires, bon nombre de ponts menacent de s'écrouler sous le poids de gros camions ou même d'un autobus. Mais comme nous l'avons dit, dans leur cas, l'entretien et les réparations éventuelles doivent être financés par les municipalités, tout comme les routes elles-mêmes. La solution proposé par le ministère des Transports de créer un fonds spécial pour l'entretien des ponts ne les concernerait donc pas. La situation est la même en ce qui concerne les ponts de chemins de fer, souvent dans un état catastrophique. Cette année, un pont d'une route secondaire, dans la région de Pardubice, à l'est de Prague, s'est effondré deux fois sous le poids des véhicules trop lourds qui l'empruntaient, en dépit d'un panneau de limitation du poids à 3,5 tonnes. Les ponts de Prague ne sont pas épargnés : le pont Stefanik est en reconstruction et deux autres ponts en mauvais état le seront dans quelque temps. Naturellement, la municipalité de Prague dispose d'un budget plus confortable que les villes de province...