Les problèmes d'un nouveau médicament

r_2100x1400_radio_praha.png

Un nouveau médicament capable, peut-être pas de guérir, mais de retarder le développement d'une des plus graves maladies de notre temps, la leucémie, rencontre de gros problèmes dans son application, en Tchéquie. Le Glivec, c'est le nom de ce remède à certains cas de leucémie, n'a pas encore fait ses preuves, mais on sait déjà qu'il aide beaucoup certains patients. Le problème n'est pas dans ses effets positifs ou non. Il réside dans la possibilité de son application, chez des malades qu'il pourrait soulager: En effet, il est très cher - plus de 40 000 euros par an et par malade ! Qui paiera ces énormes frais de traitement ? Les caisses d'assurance maladie grognent, le fabricant voudrait bien vendre la plus grande quantité de son médicament. Et les patients ? Sur décision du ministère de la Santé et des caisses d'assurance, le Glivec ne peut être appliqué que lors d'une hospitalisation. Drôle de solution ! En effet, la plus grande partie des malades de la leucémie, avant son stade final, vivent une vie quasi normale. A quoi donc servirait l'hospitalisation ? Cette dernière n'est pas gratuite, non plus - font remarquer les spécialistes.