L'état de santé de la population tchèque

r_2100x1400_radio_praha.png

Un Tchèque sur deux meurt des suites de maladies du système circulatoire, soit la cause la plus fréquente des décès en République tchèque. Curieusement, les femmes sont un peu plus touchées par ces maladies que les hommes. En dépit de ces constatations défavorables, la mortalité des suites des maladies du système circulatoire a baissé ces dix dernières années en République tchèque, surtout grâce au changement du régime alimentaire de la population ainsi qu'à l'augmentation du nombre d'interventions chirurgicales, y compris environ soixante transplantations du coeur par an.

Le cancer est la seconde maladie la plus fréquente en Tchéquie, le nombre de cancéreux ne cessant d'augmenter. Tandis qu'en 1970 on a enregistré environ 30 000 cas, 28 ans plus tard c'était presque le double. Parmi les cancers qui montent, il y a celui de la peau avec 10 000 cas dépistés chaque année. Les hommes souffrent notamment du cancer de la trachée, du poumon et de la prostate et les femmes sont les plus menacées par le cancer du sein, de la vessie et des organes génitaux. Ces dernières années on a enregistré aussi une augmentation considérable de femmes touchées par le cancer du poumon.

Quant au diabète, la maladie de civilisation la plus répandue dans le monde, le nombre de malades a triplé durant les vingt-cinq dernières années en Tchéquie. Il y a deux ans, le nombre de diabétiques a été estimé à plus de 654 000.

Les années quatre-vingt-dix ont marqué aussi un tournant dans le domaine des maladies vénériennes. C'est la syphilis qui prend la relève de la blennorragie en recul depuis 1989; le nombre de syphilitiques a sextuplé durant la dernière décennie. Nous devons cette augmentation notamment à l'immigration de l'Est.

Auteur: Astrid Hofmanová
lancer la lecture