L'Ordre des médecins refuse la limitation de ses pouvoirs

r_2100x1400_radio_praha.png

Par la voix de son député Marek Benda, le Parti civique démocrate (ODS) a proposé l'abolition de l'obligation d'appartenance à l'Ordre des médecins. Le projet a provoqué une réaction houleuse de l'Ordre qui y voit une tentative visant sa liquidation. Jarka Gissubelova pour plus de détails.

Le projet d'abolition de l'obligation d'appartenance à l'Ordre des médecins a été soumis par l'ODS, dans le cadre de la loi sur les transplantations, que la Chambre des députés examine cette semaine. A un mois et demi des législatives, c'est la dernière occasion pour faire inclure cette question à l'ordre du jour de la Chambre. La raison pour laquelle l'ODS a jugé nécessaire de le faire, serait le mécontentement des médecins avec le fonctionnement de l'Ordre.

Le président de l'Ordre des médecins, David Rath, s'est résolument opposé à cette affirmation, en invitant l'ODS à retirer le projet et à s'excuser. Dans une lettre ouverte, il compare le chef de l'ODS, Vaclav Klaus, à Klement Gottwald, leader communiste de triste mémoire qui, après 1948, a interrompu par la force les activités de l'Ordre des médecins, fondé en 1891, et renouvelé en 1991.

L'appartenance à l'Ordre est obligatoire en République tchèque, comme en Allemagne, en Autriche, en Suisse. David Rath rappelle que l'Ordre des médecins est le garant de la bonne marche de la médecine et du respect du code de déontologie. Il veille sur la qualité des soins, publie des recommandations obligatoires, punit les médecins en cas de manquement, tranche sur les plaintes des patients, défend les intérêts économiques et sociaux des médecins.

Selon le président du Syndicat des médecins, Milan Kubka, le projet menace la liberté de la profession de médecin. Son adoption serait un pas vers la liquidation de la société civique, car elle serait remplacée par le dirigisme étatique. Les chances que le projet passe ne sont pas grandes. L'ODS est, pratiquement, le seul parti qui le soutienne. Au cas ou l'ODS ne prendrait pas ses distances du projet soumis par son député, l'Ordre est prêt à inviter les médecins et les patients à ne pas donner leurs voix à ce parti, lors des législatives. Une affaire à suivre...